You are currently viewing L’influence de l’intelligence artificielle dans le monde de l’audit
ChatGPT Chat with AI or Artificial Intelligence technology. businessman using a laptop computer chatting with an intelligent artificial intelligence. Developed by OpenAI. Futuristic technology.

 

L’audit est crucial pour toute entreprise souhaitant assurer sa stabilité et son développement. Cette pratique, qui consiste à évaluer la conformité et l’efficacité des différentes facettes des opérations, des processus et des systèmes au sein des organisations, connaît une véritable avancée avec l’introduction de l’intelligence artificielle (IA).

L’investissement massif des entreprises du Big Four.

L’introduction de ChatGPT a propulsé l’intelligence artificielle (IA) au premier plan, faisant de cette technologie un sujet tendance. Néanmoins, au-delà d’être un sujet en vogue les premiers constats confirme une révolution imminente en particulier concernant notre manière de travailler.  Le monde de l’audit n’est pas épargné par l’émergence de cette technologie puisque 60% des auditeurs affirment avoir recours à des outils liés à l’IA.

Cet engouement se reflète également par un important investissement des cabinets de conseil et d’audit dans le domaine. En effet, PricewaterhouseCoopers (PwC) a décidé d’investir 1 milliard de dollars rien que dans l’IA générative entre 2023 et 2026 pour accélérer les tâches les plus chronophages de ses auditeurs.

De son côté, EY, également membre du Big Four a investi 1,4 milliard de dollars dans l’IA. Cet investissement se traduit par la mise en place « d’une plateforme proposant aux entreprises des versions basées sur l’IA de ses produits et conseils ». La plateforme nommée « EY.ai » est présentée comme pouvant rassembler les capacités d’expertises humaines de ce grand cabinet combinées à de nouvelles technologies de pointe. Cette plateforme se compose de quatre domaines : Chart Strategy / Stratégie et feuille de route, Create Value / Créer de la valeur, Build Confidence / Renforcer la confiance dans l’IA, Empower people / Donner du pouvoir à votre personnel.

Cette plateforme comprend une IA générative appelé « EY Intelligent Payroll » qui permet de répondre à des questions d’une certaine complexité aux employés au sujet de la paie. Il est également possible de retrouver « EY Assurance » sur la plateforme. L’IA est alors utilisée dans les services d’assurances proposaient par le cabinet par le biais de l’analyse prédictive ou encore de la recherche de contenu.

L’IA comme levier de croissance pour l’audit interne.

            L’arrivée de l’IA transforme les compétences des équipes d’auditeurs. L’intelligence artificielle est destinée à s’impliquer dans un éventail toujours plus large de tâches au sein de la profession d’auditeur. Actuellement ce sont les opérations de contrôle qui sont le plus touchées par l’émergence de l’IA sur le marché.

Voici plusieurs chiffres clés :

  • 37% des entreprises ont recours à l’IA pour rechercher des anomalies.
  • 35% contrôlent la qualité des données par le biais de l’IA.
  • 25% des entreprises se servent de l’IA pour trouver les éventuelles fraudes.

Il ne fait aucun doute que ces chiffres ont vocation à augmenter tout comme l’utilisation de l’IA dans d’autres domaines. L’intégration des IA génératives telles que ChatGPT impacte également d’autres aspects de l’audit, tels que la rédaction des rapports. Ces documents doivent satisfaire à diverses exigences, notamment être rédigés dans un langage clair, définir les termes techniques, présenter les idées de manière logique et décrire les processus de l’entité. L’IA peut alors être un moyen d’accroître l’efficacité des auditeurs sur cette étape cruciale. Cependant, il est primordial que les auditeurs utilisent des IA protégeant les données rentrées dans le système puisqu’ils pourraient divulguer des informations sensibles.

Cependant, l’impact de l’IA ne se limite pas aux seuls cabinets d’audit. Selon les prévisions de PWC pour l’année 2024, l’IA va révolutionner les modes de fonctionnement de toutes les entreprises. Cette avancée technologique pourrait considérablement augmenter le chiffre d’affaires, principalement en raison des changements dans la façon d’exécuter les tâches quotidiennes.

 

Vers une régulation de cette technologie avec l’IA Act.

Le 2 février 2024 l’IA Act a été adopté à l’unanimité par les États membres de l’Union Européenne. Ce projet novateur de régulation de l’IA s’inscrit dans la stratégie numérique de l’UE et a pour vocation de légiférer les usages de cette technologie en fonction des risques.

Le texte propose une classification des intelligences artificielles en fonction de leur niveau de risque, assorti de différentes obligations correspondant à chaque niveau afin de réguler et de proscrire les risques potentiels. Certains systèmes sont complétements interdits d’utilisation par le texte tel que « les systèmes de catégorisation biométrique utilisant des caractéristiques sensibles (par exemple : opinions politiques, religieuses, philosophiques, orientation sexuelle, race) ». Cette interdiction raisonne avec la réglementation des données personnelles adopté en 2016 (RGPD).

La France et l’Allemagne ont exprimé des réserves quant à l’adoption de ce texte, craignant qu’il ne freine le développement de cette technologie et ne restreigne le marché européen en vertu de l’IA Act. Lors de l’adoption, ces inquiétudes ont été prises en compte, ce qui a conduit à des clarifications sur son application. Ainsi, les petites et moyennes entreprises bénéficieront d’une législation adaptée à leur taille, favorisant leur croissance et leur compétitivité sur le marché international.

 

Sources :

A propos de Clara BALDUCCI

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.