You are currently viewing Manipulation politique et social bots : Un appel à la Vigilance

Les récentes élections européennes ont mis en lumière un problème croissant et alarmant : la diffusion de fausses informations et la manipulation politique par le biais de “Social Bots” sur les réseaux sociaux. Il est important d’accroître la sensibilisation du public à ces dangers, qui non seulement déforment la perception de la réalité, mais menacent également l’intégrité du processus démocratique. 

Utilisation de l’IA dans les campagnes de désinformation

Les “Social Bots” sont des programmes automatisés utilisés pour interagir sur les réseaux sociaux, programmés pour se comporter de manière partiellement ou totalement autonome, et souvent conçus pour imiter les utilisateurs humains. Le grand problème de l’utilisation de ces bots est que, étant programmés pour simuler un être humain publiant des informations en ligne, les Social Bots sont utilisés pour manipuler l’information transmise au grand public, ce qui bombarde ces personnes de données massives et souvent fausses.

Une étude récemment publiée par PNAS Nexus en janvier 2024 a révélé que les campagnes de désinformation, les trolls en ligne et d’autres “acteurs malveillants” tendent à utiliser de plus en plus l’IA générative pour propager des mensonges électoraux. Les chercheurs prévoient que, sur la base “d’études antérieures sur les attaques cybernétiques et les algorithmes automatisés”, l’IA aidera à diffuser du contenu toxique sur les plateformes de médias sociaux presque quotidiennement en 2024.

Selon les résultats de la recherche, l’utilisation des bots pourrait manipuler environ 50 élections à travers le monde qui se dérouleront au cours de l’année 2024, les fausses informations étant diffusées via diverses plateformes comme Facebook et X (anciennement Twitter).

Comment les bots manipulent l’information

Des études sur la désinformation lors des élections précédentes ont mis en évidence la capacité des bots à diffuser du contenu malveillant sur les réseaux sociaux, manipulant les discussions en ligne et érodant la confiance du public. Autrefois, les bots se contentaient de répéter des messages créés par des personnes ou des programmes, mais les modèles de langage avancés (LLMs) actuels dotent ces bots d’une nouvelle compétence : la création de textes générés par des machines qui semblent écrits par des humains. “L’IA générative seule n’est pas plus dangereuse que les bots. Le danger réside dans la combinaison des bots avec l’IA générative”, explique Kathleen Carley, scientifique sociale computationnelle à la School of Computer Science de Carnegie Mellon University. En outre, l’IA générative et les modèles de langage avancés peuvent être utilisés pour écrire des logiciels, facilitant et accélérant la création de bots par les programmeurs.

La lutte contre les bots: Un effort collectif

Mais comment se protéger de la désinformation générée par les bots ? Malheureusement, la responsabilité incombe aux utilisateurs, qui doivent être prudents pour discerner la vérité de la fausseté, en particulier pendant les périodes électorales. Cela peut être réalisé par une évaluation critique des informations lues sur Internet et par la vérification des sources des articles. De cette façon, les utilisateurs peuvent jouer un rôle dans la protection de l’intégrité des processus démocratiques contre les attaques des bots et des campagnes de désinformation sur les réseaux sociaux.

Chaque utilisateur est, en fait, un défenseur de la vérité et de la démocratie en première ligne. La vigilance, la pensée critique et une dose saine de scepticisme sont des armures essentielles.

Beatriz COELHO GUEDES DE PAIVA

M2 droit de l’économie numérique – Promotion 2023/2024

Sources:

  1. Bots And Misinformation On Social Media Could Undermine The Midterm Elections
  2. How AI Bots Could Sabotage 2024 Elections around the World
  3. Election disinformation: how AI-powered bots work and how you can protect yourself from their influence

A propos de Beatriz COELHO GUEDES DE PAIVA

En formation en Master 2, Droit de l'Économie Numérique à l'Université de Strasbourg

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.