You are currently viewing L’application Ten Ten :  nouveau cancre de la protection des données personnelles

Ten Ten est LA nouvelle application qui fait fureur chez les adolescents. L’application propose talkie-walkie intégré à votre téléphone. Vous pouvez laisser des messages vocaux qui seront diffusés en direct via le haut-parleur du téléphone du destinataire.

Début juin le porte-parole du ministère de l’Intérieur et des Outre-mer, Camille Chaize, mettait en garde le public contre cette application sur la plateforme X (anciennement Twitter). Pourquoi ?

Des lacunes dans la protection des données

Ten Ten recueille plusieurs données personnelles et n’est pour le moment pas très conforme au RGPD. J’ai lu les conditions générales (CG) et la politique de confidentialité (PC) et plusieurs incohérences ressortent.

Dès le début que les conditions générales (CG) et la politique de confidentialité (PC) sont lacunaires et qu’ils le savent. Pire encore, ils nous avouent dans un souci de « transparence » que les conditions générales et la politique de confidentialité ont été rédigées par un logiciel ce qui justifie leurs lacunes. Gros problème, cela veut déjà dire qu’ils ne respectent pas les principes de privacy by design (protection des données dès la conception) et by default (par défaut) instaurés par le RGPD.

De plus, la PC et les CG sont faites sur Notion et uniquement disponibles en anglais. L’application Notion se définit elle-même comme « un espace de travail tout-en-un, pour vous et votre équipe »[1], ce n’est donc pas fait pour être partagé en dehors de l’entreprise.

L’accès à la politique de confidentialité et aux CG est compliqué après l’inscription. Au moment de l’inscription, l’utilisateur n’a accès qu’aux CG. Après, l’application propose un menu avec un onglet « legal stuff » (trucs juridiques) où apparaissent des liens vers les conditions générales et un autre vers la politique de confidentialité. Or, lorsque l’on clique dessus les liens s’ouvrent, mais se referment automatiquement, sans être chargés.

 

La plus grosse incohérence que j’ai relevée porte sur l’utilisation lucrative des données collectées. L’article 6 des CG indique que les informations personnelles et contributions générées par les utilisateurs (messages écrits ou vocaux, vidéos, photos,..)  et échangées sur la plateforme peuvent être traitées de manière non-confidentielle. La PC précise : « Nous pouvons divulguer vos informations personnelles à nos prestataires de services conformément à un contrat écrit entre nous et chaque prestataire de services. Chaque fournisseur de services est une entité à but lucratif qui traite les informations en notre nom. ». L’UE ne permet pas aux entreprises de faire de la publicité ciblée pour les mineurs. Pas de problème pour Ten Ten, ils ne demandent pas l’âge de leurs utilisateurs, ils peuvent donc considérer que personne n’est mineur !

Sur les réseaux sociaux et au début de la PC, l’application indique qu’ils ne vendent pas et ne vendront jamais les données de leurs utilisateurs. Étrange…cela voudrait donc dire qu’ils n’ont pas de modèle économique, c’est d’ailleurs ce que confirme un article du Monde[2] après avoir échangé avec l’un des créateurs. Sans modèle économique pour dégager des revenus, souvent via la vente de données et la publicité ciblée, l’application est vouée à disparaître.

Enfin, les données sont conservées aussi longtemps que nécessaire, sauf en cas de suppression du compte, elles seront supprimées dans les 3 mois. Ce n’est absolument pas conforme aux dispositions du RGPD, mais ce n’est plus surprenant.

Si Ten Ten devient conforme au RGPD, sera-t-elle toujours problématique ?

Ils ont offert au grand public une application pas finie, sous sa forme beta. On peut donc imaginer qu’ils seront, un jour, conformes au RGPD, mais l’application sera toujours problématique pour plusieurs raisons :

Il est impossible d’utiliser l’application sans photo de profil. Les utilisateurs mettent en grande partie une photo d’eux. Or, même lorsqu’il ne s’agit pas de sharenting et que le consentement de l’enfant est là, partager du contenu les mettant en avant sur une plateforme pas vraiment sécurisée est dangereux et aura les mêmes conséquences si ce n’est pire.

Il est possible d’échanger avec une personne même lorsque son téléphone est verrouillé. L’utilisateur est également obligé d’accepter de recevoir des notifications. J’ai essayé de les refuser, mais Ten Ten ne vous permet pas d’aller plus loin si elles ne sont pas activées.  Certes, il est plus tard possible de les désactiver et l’application demande à avoir accès au mode « concentration » des iPhones pour bloquer les notifications s’il est activé, mais ça reste une grande intrusion dans la vie privée.

Avant et après avoir refusé d’activer les notifications

Dans des établissements les professeurs ont été obligés de supprimer les téléphones car des vocaux étaient lus en plein cours et cela perturbait la classe. Certains utilisateurs s’en plaignent sur Tik tok.

Résultat, 0 pointé pour Ten Ten, malgré le nom de l’application qui laisserait penser qu’elle est extraordinaire.

SOURCES :

https://www.lamontagne.fr/paris-75000/actualites/ten-ten-c-est-quoi-cette-nouvelle-appli-adoree-par-les-ados-qui-inquiete-le-ministere-de-l-interieur_14514007/

https://www.jeuxvideo.com/news/1892211/le-harcelement-au-college-continue-a-la-maison-et-ten-ten-le-nouvel-enfer-des-ecoles-de-france-aggrave-tout.htm

https://www.lemonde.fr/pixels/article/2024/06/06/ten-ten-tout-comprendre-a-l-application-au-succes-surprise-qui-inquiete-jusqu-au-ministere-de-l-interieur_6237716_4408996.html

https://www.bfmtv.com/tech/actualites/reseaux-sociaux/ten-ten-le-ministere-de-l-interieur-met-en-garde-contre-l-appli-qui-cartonne-chez-les-ados_AV-202406040540.html

https://www.capital.fr/economie-politique/ten-ten-on-a-teste-pour-vous-cette-nouvelle-appli-qui-fait-fureur-chez-les-jeunes-1497613

[1] https://www.notion.so/fr-fr/about

[2] https://www.lemonde.fr/pixels/article/2024/06/06/ten-ten-tout-comprendre-a-l-application-au-succes-surprise-qui-inquiete-jusqu-au-ministere-de-l-interieur_6237716_4408996.html

A propos de Venise CORNET

Inscrite à l'examen des cours complémentaires en droit luxembourgeois (CCDL) et étudiante en Master 2 en Droit de l'Économie numérique à l'Université de Strasbourg, je suis déterminée à mettre en œuvre mon expertise en droit numérique et propriété intellectuelle au sein d'équipes juridiques innovantes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.