You are currently viewing Les premiers résultats de l’expérimentation humaine menée par Neuralink

« The first human received an implant from  @Neuralink yesterday and is recovering well. » Annonçait Elon Musk sur son compte X le 29 Janvier dernier. « Initial results show promising neuron spike detection » précisait-il. Neuralink semble avoir fait un grand saut dans l’avancé de ses recherches puisqu’Elon Musk s’est empressé de le publier sur son compte twitter. 

Mais de quoi parle t-on? 

Propriétaire de X depuis 2023, Elon Musk partage les avancées de toutes ses entreprises par cette plateforme. C’est ainsi que le jeudi 26 mai 2023, il annonçait via le compte twitter de sa société Neuralink avoir reçu l’autorisation de la Food and Drugs Administration (FDA) de tester ses puces connectées sur des premiers patients. En septembre 2023, à la suite de résultats concluants sur les animaux, la société Neuralink s’est empressée de rechercher des personnes en situation de handicap cérébral afin d’effectuer des tests sur les humains. Cet appel à volontaires a suscité de nombreuses controverses puisque Neuralink est accusée d’avoir fait preuve de cruauté envers des singes utilisés comme cobayes et également d’avoir tronqué les résultats de ses recherches. Pour autant, les résultats semblent concluants, car la première puce a été implantée de manière réussie indiquant que « les premiers résultats montrent une activité neuronale prometteuse ».

De plus, ce mercredi 21 février 2024, Elon Musk est venu une nouvelle fois rompre ce silence en indiquant « que le patient peut d’ores et déjà déplacer une souris à l’écran simplement par la pensée. » Il précise que les chercheurs s’évertuent désormais à proposer différents boutons cliquables par la pensée afin de multiplier les interactions possibles et de faire comprendre à l’interface neuronale des concepts comme « glisser-déposer », « clic droit », « clic gauche » ou encore « faire défiler ». En d’autres termes, seul le déplacement du curseur est interprété, ce qui est très peu et se faisait déjà sans avoir à ouvrir le crâne des utilisateurs. Mais la recherche n’est toujours qu’à ses débuts. Aucune autre information n’a été communiquée depuis. Sans doute que monsieur Musk ne tardera pas à nous  apporter davantage de précisions. La course aux implants cérébraux semble bien lancée pour ce dernier. 

De quel implant est-il question ? 

L’implant qui est mentionné est de la taille d’une pièce de monnaie, il a été placé dans le cerveau d’un macaque, lui permettant de jouer au jeu vidéo Pong sans manette ni clavier. Cette puce est une interface cerveau-ordinateur, composée de milliers d’électrodes fixées sur une centaine de fils « ultra-flexibles ». Une fois en place, elle recueille les données cérébrales de mouvement du patient avant de les envoyer sur les ordinateurs de la start-up. Grâce à l’application Neuralink et une connexion internet, les utilisateurs peuvent contrôler des IOT directement par la pensée. Ces derniers sont des objets connectés à internet comme des appareils IOS ou encore un clavier.

Les interfaces cerveau-ordinateur représentent donc une avancée révolutionnaire pouvant aider les personnes handicapées à communiquer et à surmonter les lésions cérébrales. La start-up avait dévoilé un premier prototype en 2019, constitué d’un petit boîtier fixé derrière l’oreille et connecté au cerveau. Depuis lors, d’énormes progrès ont été accomplis; la puce est désormais totalement invisible. Mesurant actuellement 23 millimètres de long sur 8 millimètres de large, elle présente la même épaisseur que la boîte crânienne humaine, ce qui lui permet de s’intégrer directement en remplacement d’un morceau osseux de taille similaire. Cette implantation ne laisserait ainsi qu’une minuscule cicatrice sur la partie supérieure du crâne. Le dispositif est également très autonome, se recharge par induction à l’aide d’un casque porté la nuit et fonctionne ensuite tout au long de la journée.

Elon Musk justifie son implant face aux dangers de l’utilisation des IA

Pour Elon Musk, l’objectif de Neuralink est de permettre à l’humain de continuer à rivaliser avec les machines et de ne pas se laisser intellectuellement distancier, lui qui a plusieurs fois averti des dangers de l’IA. Bien qu’il soit un investisseur direct d’OPEN AI, ce dernier souhaite par cet implant amélioré le quotidien des patients atteint de maladie mais également augmenté nos capacités cérébrales afin de ne pas avoir à dépendre des technologies dans le futur.  Ainsi, Elon musk semble par cette nouvelle étape franchie avancer vers son rêve de « l’homme augmenté ».

Sources : 

https://www.lemonde.fr/pixels/article/2024/01/30/elon-musk-annonce-que-sa-start-up-neuralink-a-pose-son-premier-implant-cerebral-sur-un-patient_6213876_4408996.html

 

 

A propos de Émeline Cirou

En formation en Master 2, Droit de l'Économie Numérique à l'Université de Strasbourg

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.