You are currently viewing Blockchain et la crise énergétique : Défis et solutions prometteuses

La crise énergétique n’a jamais été un sujet aussi tendance que ces dernières années, notamment avec les bouleversements économiques provoqués par la guerre en Ukraine. Entre-temps, la blockchain a connu un essor au cours des dix dernières années. Et si cette technologie est très critiquée pour sa consommation énergétique, les innovations actuelles font de cette dernière un facteur prometteur pour la gestion de l’énergie et la promotion du développement durable.

Le potentiel révolutionnaire de la blockchain

La blockchain peut être définie comme un registre décentralisé, certifié et incorruptible qui sert à stocker des informations. Ces dernières ne peuvent plus être modifiées ou effacées. Toute modification des données stockées implique une nouvelle validation complète coûteuse.

Chaque page de ce registre s’appelle un “bloc” et plusieurs blocs sont reliés pour former une “chaîne”. Chaque bloc contient un groupe de transactions, comme un enregistrement comptable.

Aujourd’hui, il existe trois applications principales de la blockchain :

  1. Les crypto-monnaies : comme le Bitcoin, l’Étherium.
  2. Les « smart contracts » : qui sont des programmes autonomes qui s’exécutent automatiquement sans besoin d’intervention humaine.
  3. Les applications : en tant que base de données distribuées et enregistrées.

La technologie blockchain présente plusieurs avantages pratiques à savoir :

  1. Renforcement de la sécurité et de la confiance :

La blockchain utilise une sécurité robuste basée sur la cryptographie pour protéger les données et les transactions, réduisant ainsi les risques de fraude et de vol d’identité.

  1. Amélioration de l’efficacité et réduction des coûts :

En éliminant les intermédiaires et les processus papier, la blockchain simplifie les opérations et permet des économies significatives.

  1. L’essor des crypto-monnaies et des échanges centralisés :

La blockchain soutient l’utilisation croissante de crypto-monnaies comme moyen de paiement, d’investissement et de réserve de valeur.

Les défis énergétiques de la blockchain

De nombreux acteurs ont critiqué les niveaux élevés de consommation énergétique des blockchains, en particulier le Bitcoin et l’Étherium. Cela est principalement dû à leur algorithme de consensus, qui fait appel à des machines aux coûts énergétiques élevés.

Prenant l’exemple de l’Ethereum, qui a réussi avec succès une mise à jour technique qui l’a rendu plus efficace et a donc remarquablement réduit sa consommation d’énergie.

L’opération faite par Etherium est connue sous le nom “The Merge” (la fusion) car elle impliquait la fusion de nombreuses lignes de code pour changer la méthode de validation des transactions sur la “chaîne de blocs”.

Le protocole de validation, appelé “Proof of Work”, qui est le principal consommateur d’énergie, a été amélioré par l’introduction du nouveau protocole “Proof of Stake” qui est plus écologique, éliminant ainsi le besoin d’effectuer des calculs coûteux. En conséquence, le nombre de calculs effectués par les ordinateurs est réduit, ce qui entraîne une réduction significative de leur consommation d’électricité.

Solutions et initiatives écologiques de la blockchain

Même si la blockchain présente encore des défis en termes de consommation d’énergie dû à la complexité de son fonctionnement, cette technologie apporte également de nombreuses solutions pour une consommation énergétique durable.

  • Les transactions énergétiques particulier à particulier

Les individus disposant de sources d’énergie telles que les panneaux solaires peuvent vendre directement leur excédent à d’autres personnes sur une plateforme décentralisée. Ce système d’échange “Peer to Peer” réduit la dépendance à la production centralisée (fournisseur) et minimise les pertes de transmission.

À titre d’exemple, le projet “Fremantle Smart Cities” utilise une plateforme blockchain nommée “Power ledger” qui permet aux individus de vendre l’énergie qu’ils produisent à leurs voisins.

  • La rationalisation des transactions énergétiques

Les transactions énergétiques traditionnelles impliquent souvent des processus complexes. Cependant, la technologie blockchain peut simplifier les transactions en réduisant la consommation d’énergie associée à la paperasse, à la vérification et aux acteurs intermédiaires.

  • La transparence et confiance améliorée

Par sa nature transparente, la blockchain peut être utilisée pour enregistrer la consommation d’énergie en toute fiabilité. Cette transparence garantit que les consommateurs seront sûrs qu’ils paient ce qu’ils ont réellement consommée, évitant ainsi les litiges et les besoins de vérification.

  • Encourager les personnes à économiser l’énergie

La cryptomonnaies peuvent être utilisés comme récompense afin d’inciter à réduire la consommation énergétique, et minimiser les pannes techniques.

À titre d’exemple, le projet “EnergiMine” est une plateforme blockchain qui récompense les utilisateurs qui adoptent des habitudes eco-friendly telle que la prise de transport public.

 

Bien que la Blockchain demeure une technologie à forte consommation d’énergie, plusieurs protocoles d’optimisation ont réussi à minimiser sa consommation. Ceci afin de tirer parti de son potentiel qui pourrait révolutionner la manière dont l’énergie est consommée, gérée et distribuée. La suppression des intermédiaires, la transparence des données et la décentralisation sont des atouts qu’on doit adopter pour promouvoir le développement durable.

 

Article co-écrit par : Samir Solai et Charbel Yaacoub.

Sources : 

https://bit.ly/3MPKJAe

https://bit.ly/3QR6b9g

https://bit.ly/3MNfXb6

https://bit.ly/3uguZ2x

https://bit.ly/47xzyUy

https://bit.ly/47Atlr5

https://bit.ly/47grKqp

https://bit.ly/3QH4vz2

A propos de Charbel YAACOUB

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.