You are currently viewing Vers le net zéro carbone en télécommunications

Le secteur des télécommunications est en plein essor. L’explosion du trafic de données et la demande croissante pour le très haut débit ont un impact considérable sur l’environnement. Assurer  une croissance durable, tel est l’engagement des entreprises du secteur.

L’impact environnemental des télécommunications

Les réseaux de télécommunications consomment de l’énergie pour alimenter les stations de base, les réseaux de transport, les équipements ainsi que les centres de données. Les groupes électrogènes alimentés à l’énergie fossile assurent la redondance ou alimentent les sites non desservis par les réseaux électriques. Toutefois, les émissions  directes, restent minimes par rapport à celle de l’ensemble de la chaîne de valeur. Une ligne mobile génère 59 Kg de CO2 en une année, soit l’équivalent de 1 kg de bœuf.[i]

Du côté des constructeurs, la production des équipements, des téléphones mobiles et autres périphériques ont un impact conséquent en consommation de l’énergie, en émissions des gaz à effet de serre, consomme de grandes quantités d’eau et de matières premières. La gestion de la chaîne logistique et de transport peut également contribuer à la facture énergétique et environnementale du secteur.

Chez les consommateurs, c’est l’usage continu et croissant des équipements qui augmente la consommation d’énergie.

Les engagements net zéro Carbone

Selon la GSMA, 50 opérateurs représentant 63% de la valeur économique du secteur se sont engagés dans la réduction des émissions de l’ensemble de leur supply  chain en amont et en aval. 20 opérateurs  se sont fixé un objectif de net zéro carbone en 2050.

Concrètement, plusieurs initiatives sont mises en place pour l’atteinte de ces objectifs.

  • Le recours aux énergies renouvelables pour l’alimentation des sites réseau et aux batteries de dernière génération pour assurer la redondance électrique des sites ou l’alimentation des sites reculés.
  • L’intégration de l’intelligence artificielle et du machine learning pour optimiser l’usage de l’électricité des équipements.
  • Le passage au cloud et à la virtualisation des solutions réseau.
  • L’agencement des sites et des data centers pour éviter l’usage inutile de la climatisation
  • Le renforcement de l’efficience opérationnelle pour optimiser les opérations et la logistique
  • La collaboration avec les fournisseurs pour l’écoconception des produits et des équipements
  • L’instauration d’une économie circulaire avec les constructeurs en vue de la réutilisation et le recyclage des équipements.
  • La conception du standard 5G pour plus d’efficience énergétique que les technologies précédentes (-90% par bit de données).

L’industrie a réalisé des résultats très positifs dans sa trajectoire vers la neutralité carbone. Avec une croissance de 31% de trafic data, la consommation d’énergie a évolué de 5% et les émissions seulement de 2%. Le mix énergétique a aussi évolué de 14% d’énergies renouvelables en 2020 à 18% en 2021.

Le rôle des gouvernements est crucial pour accélérer cette transition énergétique en créant des cadres réglementaires favorisant l’accès aux énergies renouvelables à des prix compétitifs.

La combinaison de la transition numérique et énergétique permettra aux pays d’accélérer la réduction des émissions dans les différents secteurs.

 

 

Samia EL Hanchi

https://www.linkedin.com/in/samiaelhanchi/

[i] https://www.gsma.com/betterfuture/wp-content/uploads/2022/05/Moble-Net-Zero-State-of-the-Industry-on-Climate-Action-2022.pdf

 

A propos de Maroc EDGE