• Auteur/autrice de la publication :
  • Temps de lecture :5 min de lecture
  • Post category:Uncategorized

Affaire Snowden : un pas de moins vers une hypothétique extradition vers les USA

S’il n’est pas le premier whistleblower ou lanceur d’alerte à avoir surpris le monde par ses révélations, Edward Snowden n’en reste pas moins une figure emblématique de la précédente décennie. Responsable d’une des plus grandes fuites de documents confidentiels des Etats-Unis depuis WikiLeaks, Edward Snowden est connu pour avoir révélé au monde l’existence d’une surveillance de masse de la part de la National Security Agency (NSA), agence américaine de renseignement. Parmi les personnes surveillées, de nombreux citoyens américains mais également plusieurs chefs de gouvernement et dirigeants étatiques de pays hostiles mais également alliés. Retour sur l’échappée d’une des personnalités les plus recherchées des USA.

La Russie, un refuge tombé à point nommé

En prévision de la publication en juin 2013 des documents confidentiels de la NSA, décrivant en détails de nombreux programmes de surveillance systématique et de masse, Edward Snowden avait prévu sa propre extraction. Lorsque les Etats-Unis lui retirent son passeport, procédure préalable à son appréhension par les autorités, il se trouve déjà à Moscou, qu’il avait rejoint en transitant par Hong Kong.

Pourtant, cette destination n’était pas le point de chute espéré : Edward Snowden comptait seulement sur cette étape pour lui permettre de rejoindre l’Amérique Latine, en passant à travers les mailles du filet des différents services de police, et en évitant les pays plus enclins à extrader un tel suspect vers les Etats-Unis. Car ce dernier risquait gros : trente années de réclusion criminelle pour espionnage.

Fort heureusement pour lui et au grand dam du gouvernement américain, la Russie ne possède pas de politique d’extradition automatique vers les Etats-Unis, et Edward Snowden se trouve ainsi protégé des forces de l’ordre de son pays d’origine par un Etat n’entretenant pas de relations particulièrement cordiales avec l’Occident.

Une nationalisation sous forme de provocation ?

Refusant les demandes répétées d’extradition, faites par les différents gouvernements américains, la Russie a bel et bien joué le rôle d’une terre d’accueil pour ce lanceur d’alerte. Ironiquement, un Etat plus connu pour sa répression contre les dissidents politiques que pour sa bienveillance envers les lanceurs d’alerte révélant des documents étatiques confidentiel était devenu un refuge pour Edward Snowden. Autre paradoxe de cette histoire, si ce dernier n’a eu de cesse d’affirmer au monde qu’il partageait toujours les « valeurs américaines », comme la « liberté de dire ce que l’on pense », il avait cependant demandé la nationalité russe en 2020, pour permettre un rapprochement familial avec sa compagne et ses fils, nés quelques années plus tôt.

Le 26 septembre 2022, Edward Snowden a finalement réussi à obtenir la nationalité russe.

Bien que le porte parole du gouvernement ait confirmé que cet octroi était bel et bien motivé par la volonté de faciliter les déplacements de Lindsay Mills, la femme d’Edward Snowden, entre les Etats-Unis et la Russie, il est possible de s’interroger sur la sincérité du Kremlin. Dans un contexte de guerre et d’occupation de l’Ukraine, un Etat souverain amplement soutenu par l’occident et notamment par les Etats-Unis, il serait naïf de croire que cet acte délibéré n’ait pas été réfléchi, et décidé afin de creuser un peu plus le fossé entre ces deux puissances irréconciliables. Plus qu’une action désintéressée, il est fort probable qu’il s’agisse là d’une énième manoeuvre diplomatique pour signifier aux Etats-Unis toute l’animosité que le régime de Poutine porte contre cet Etat.

Quoiqu’il en soit, et dans un contexte de guerre prolongée et de relations diplomatiques entre la Russie et l’occident durablement réduites, il semble qu’Edward Snowden puisse dormir sur ses deux oreilles : son extradition ne sera assurément pas pour demain.

 

Sources :

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1919188/edward-snowden-analyste-nsa-asile-nationalite-russie

https://www.leparisien.fr/international/tout-comprendre-a-l-affaire-snowden-07-11-2017-7378926.php

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/5038199001033/la-fuite-de-edward-snowden

A propos de Vincent Oscar