Shopify a mis en lumière le rôle et l’importance de la logistique et de la gestion des commandes dans le commerce électronique lorsqu’il a racheté Deliverr pour 2,1 milliards de dollars la semaine dernière, afin de prendre pied directement dans la fourniture de ces services à ses clients, à la manière d’Amazon.

Aujourd’hui, une jeune entreprise européenne en plein essor dans le domaine de la gestion des commandes a bouclé un tour de table pour alimenter sa propre croissance. Byrd, qui met en place un réseau d’opérations fournissant des services d’entreposage et de livraison ainsi qu’un logiciel permettant à ses clients du commerce électronique de gérer le tout, a levé 56 millions de dollars lors d’un tour de table de Série C. Cette dernière consiste pour les investisseurs à injecter des capitaux dans la chair d’entreprises prospères, dans le but de recevoir en retour plus du double de cette somme. Le financement de Série C est axé sur le développement de l’entreprise, c’est-à-dire sur une croissance aussi rapide et réussie que possible. L’acquisition d’une autre société peut être un moyen de faire évoluer une entreprise.

La start-up berlinoise fournit aujourd’hui à ses clients du commerce électronique des entrepôts “virtuels” dans sept pays d’Europe – non pas en tant que propriétaire d’entrepôt mais en prenant de l’espace de colocation dans les entrepôts des autres – ainsi qu’une suite de logiciels qui aident ces clients à se connecter, à gérer et à analyser les expéditions et les livraisons dans le monde entier – et l’objectif est d’utiliser l’investissement pour étendre ce réseau et les services qu’il fournit autour de lui, en particulier pour développer les opérations afin de travailler dans de nouveaux secteurs verticaux comme l’habillement. Aujourd’hui, elle couvre le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Autriche, et ses entrepôts les plus récents ont été ajoutés en Italie et en Espagne. La Suède, le Danemark et la Pologne sont sur la liste des pays qui seront lancés plus tard dans l’année, pour un total de 30 entrepôts dans 10 pays.

L’objectif principal de Byrd est de donner à ses détaillants une alternative viable aux types de services que l’on peut potentiellement obtenir via Amazon Prime : des options d’expédition rapide, mais aussi un backend pour gérer les produits après leur importation et jusqu’à ce qu’ils arrivent à leur destination finale avec un client ; et une voie facile pour les retours lorsque ceux-ci se produisent. L’opportunité principale, pour ainsi dire, réside dans le fait que les commerçants d’aujourd’hui vendent déjà par le biais de plusieurs canaux, y compris leurs propres sites Web, d’autres places de marché, et plus encore.

La logistique et la gestion des commandes sont deux des éléments les plus critiques du modèle commercial du commerce électronique. Décevants, parce qu’ils ne sont pas visibles pour le consommateur moyen qui achète un produit ; critiques, parce qu’ils sont devenus centraux non seulement pour les marges réalisées sur les ventes, mais aussi un facteur de différenciation clé lorsque quelqu’un achète quelque chose : les coûts et les délais de livraison peuvent faire ou défaire une vente.

Byrd, qui a été fondée à Vienne, s’est attaquée aux complexités du modèle économique pendant des années, visant à l’origine à construire son propre réseau d’entrepôts physiques avant de se tourner vers une approche logicielle basée sur l’augmentation et la réduction de l’espace d’entreposage en fonction des besoins des clients.

Tout cela peut ressembler à une concurrence redoutable d’un côté, mais d’un autre côté, c’est une opportunité car il y aura toujours des entreprises qui ne voudront pas s’enfermer dans l’écosystème Amazon, et cela laisse beaucoup de place à des approches plus flexibles et innovantes pour les petits acteurs. Et notamment Buy with Prime n’est actuellement déployé qu’aux États-Unis.

A propos de Maryline SUCCAR