Sweetie, la fillette qui piège les prédateurs sexuels

Aujourd’hui, le visage de la petite Philippine qui traque les prédateurs sexuels sur Internet a fait le tour du monde. Elle est le fruit du travail de la branche néerlandaise de l’ONG Terre des Hommes. En effet, cette fillette a été créée virtuellement.

SweetieSweetie, fillette virtuelle de 10 ans, a pour but d’identifier les prédateurs qui font du tourisme sexuel par webcam impliquant des enfants (TSWIE). L’organisation non-gouvernementale, Terre des Hommes Pays-Bas, lutte pour arrêter l’exploitation des mineurs notamment sur Internet. Son action cherche à encourager et faciliter le travail des autorités compétentes afin de protéger les jeunes victimes du TSWIE.Près de 20 000 personnes ont été repérées venant de plus de 71 pays différents en cherchant à contacter virtuellement Sweetie pour obtenir d’elle des actes sexuels via webcam contre de l’argent. D’après le site web de l’ONG, « en moins de deux mois et demi, les enquêteurs de Terre des Hommes ont pu identifier plus de 1 000 adultes qui étaient prêts à payer des enfants de pays en développement pour les voir se livrer à des actes sexuels par webcam. »

Une distinction est faite entre les « prédateurs sexuels » et les « pédophiles ». L’ONG a identifié ce qu’elle appelle des prédateurs sexuels, bien que nombre d’entre eux puissent être considérés comme des pédophiles. La pédophilie est une maladie qui est cliniquement diagnostiquée. Cela implique qu’il n’y a pas que des pédophiles qui sont des prédateurs sexuels, ce qui est encore plus alertant.

Comme l’indique le rapport de Terre des Hommes Pays-Bas, ces prédateurs sont des hommes de tous les horizons, toutes les origines, toutes les situations familiales et sociales. Leur identification n’a pas été compliquée. Pensant qu’ils ne sont pas observés, ils laissent traîner de nombreuses données personnelles sur Internet qui ont permis de les identifier.

La lutte contre le tourisme sexuel via webcam regroupe le combat à la fois contre la pédopornographie et contre la prostitution enfantine. Les pays en développement, notamment les Philippines et l’Asie du Sud Est, sont les plus touchés par ces abus. Ce phénomène est amplifié par l’accroissement de la facilité d’accès à Internet.

Afin d’éviter d’éventuelles accusations, l’ONG a précisé qu’aucune prestation n’a été offerte par Sweetie. Elle a attendu d’être contactée par ces individus et de se voir offrir de l’argent en échange de services.

Terre des Hommes veut aussi pointer du doigt les personnes qui poussent ces enfants à se « prostituer » sur Internet en les filmant et encourageant la pédopornographie. Mais cela est un autre problème, qui ne pourra pas être résolu grâce à Sweetie.

Cette opération et le buzz internet qui en a découlé ont accru l’information de la population sur ce sujet. Cette campagne a aussi mis en lumière l’ampleur du problème et le manque d’implication des forces de l’ordre pour condamner ces prédateurs sexuels. En effet, en seulement 2 mois, plus de 1000 internautes ayant contacté Sweetie ont été identifiés. Donc avec les ressources humaines et financières nécessaires ce nombre peut être rapidement augmenté.

Une FAQ (Foire aux Questions) a été mise en ligne par l’ONG afin d’intensifier la sensibilisation du public au phénomène du tourisme sexuel par webcam. Afin d’aider ce combat, une pétition a été lancée, vous pouvez y accéder et la signer ici.

 

MarineoMarine Ogier
Étudiante en M2 Droit de l’Économie Numérique, passionnée de nouvelles technologies, d’informatique et le droit qui les encadre
logo Twitter couleur LinkedIn couleur doyoubuzz

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.