You are currently viewing États-Unis : Une IA candidate aux élections municipales
Freepik

À Cheyenne, dans l’État du Wyoming, la prochaine élection municipale suscite une attention particulière. En effet, parmi les 6 candidats, il y a VIC, abréviation pour « Virtual Integrated Citizen » qui signifie citoyen virtuel intégré en français. VIC n’est pas un être humain. Il s’agit d’une intelligence artificielle créée par un habitant, Victor Miller, qui a utilisé la technologie ChatGPT d’OpenAI, pour permettre à VIC d’interagir avec les électeurs et de promouvoir sa candidature. La société mère de ChatGPT propose en effet de créer des chatbots personnalisés depuis novembre 2023.

Victor Miller affirme que VIC serait capable de gouverner la ville plus efficacement qu’un maire humain, en prenant des décisions politiques basées sur des informations pertinentes. Cependant, cette initiative a rapidement rencontré des obstacles. OpenAI a fait savoir le mardi 18 juin qu’elle avait fermé l’accès de Victor Miller à leur technologie, considérant que l’utilisation de leur plateforme pour des campagnes politiques va à l’encontre de leur politique d’utilisation. En effet, OpenAI précise dans ses politiques d’utilisation qu’il est interdit d’utiliser sa plateforme pour « la participation à des campagnes politiques ou à des activités de lobbying, y compris la production de supports de campagne personnalisés ou destinés à des segments démographiques spécifiques ».

La candidature de VIC soulève également des questions juridiques. Chuck Gray, secrétaire d’État du Wyoming, a souligné que « la loi du Wyoming est claire, pour se présenter à une élection, il faut être un électeur qualifié, ce qui implique d’être une personne réelle », ce que VIC n’est pas.

Malgré la suppression de la version publique de VIC par OpenAI, Victor Miller continue de faire campagne avec cette IA sur son propre compte ChatGPT et prévoit même de la présenter avec un microphone dans une bibliothèque locale pour que les électeurs puissent lui poser des questions.

Cette tentative n’est pas un cas isolé. En Angleterre, Steve Endacott, président d’une société d’IA, a également utilisé des modèles d’IA pour faire campagne pour le Parlement britannique, avant qu’OpenAI n’intervienne de la même manière.

L’initiative de Victor Miller et d’autres comme lui pose des questions profondes sur le rôle de l’IA en politique. Bien que certains experts reconnaissent le potentiel des chatbots d’IA pour aider dans diverses tâches politiques, comme répondre aux questions des électeurs, beaucoup soulignent que la prise de décision doit toujours relever d’une responsabilité humaine.

L’histoire de VIC et de Victor Miller met en lumière les défis et les opportunités que représente l’intégration de l’IA dans le processus démocratique. Alors que ces initiatives peuvent sembler novatrices, elles soulèvent également des questions éthiques et légales cruciales qui devront être résolues à mesure que la technologie continue d’évoluer et d’influencer notre société.

Sources 

  1. Diallo, K. (2024, 19 juin). Etats-Unis : une IA candidate aux élections municipales. BFMTV. https://www.bfmtv.com/tech/intelligence-artificielle/etats-unis-une-ia-candidate-aux-elections-municipales_AV-202406190673.html
  2. Serrière, A. (2024, 14 juin). « Votez IA » : aux États-Unis, une intelligence artificielle, VIC, est candidate aux élections municipales. France Inter. https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/l-info-de-france-inter/l-info-de-france-inter-8810927
  3. https://edition.cnn.com/2024/06/19/tech/openai-shuts-down-ai-mayor/index.html

A propos de Shana VERNET

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.