• Auteur/autrice de la publication :
  • Temps de lecture :5 min de lecture
  • Post category:Blokchain
You are currently viewing La Blockchain appliquée à l’amélioration du bien-être local
Image by Graphue on Freepik

À l’heure de la crise de confiance et de l’insatisfaction vis-à-vis des intermédiaires traditionnels comme les banques, les institutions ou encore l’État, la technologie blockchain, qui promet désintermédiation et transparence, devient très attractive.

Le terme ” blockchain ” est apparu en 2008 avec Satoshi Nakamoto et depuis, nous avons assisté à une croissance des projets basés sur cette technologie.

Cette technologie disruptive révolutionne nos systèmes économiques, nos systèmes sociaux, nos systèmes éducatifs, numérise les administrations, réinvente la façon dont nous échangeons entre nous et améliore l’efficacité de nos villes, de nos administrations et l’utilisation des ressources dans un objectif de durabilité et de réduction des coûts. La blockchain a donc un rôle prépondérant dans la création et le développement des Smart Cities et gagne donc du terrain dans tous les domaines car son concept de technologie distribuée a le potentiel de transformer les usages.

Chaque système a ses vulnérabilités et ses risques, mais malgré cela, l’utilisation de DTL-Blockchain peut stimuler le bien-être local à trois niveaux :

  • La participation politique

Par son application aux élections des représentants, elle facilite le vote afin que les personnes n’aient pas à se déplacer jusqu’à un lieu de vote. D’autre part, elle accroît l’intérêt des citoyens pour la prise de décision et la distribution de budgets participatifs.

Ainsi, la création d’une application de vote permet aux personnes de s’exprimer sur des sujets qui concernent leur quotidien de manière différente et sans avoir à se déplacer. Sa mise en œuvre sur une technologie blockchain est fondamentale car elle remplace le traditionnel tiers de confiance ou assesseur électoral qui certifie que le décompte des voix a été effectué correctement.

  • La participation de la société civile

Grâce à son application par des organisations non gouvernementales, des fondations, des universités et, en général, des activités privées à but non lucratif, ces entités engagent les citoyens dans des causes qu’ils estiment valables, comme les projets suivants :

> Transformer les déchets plastiques en une monnaie de valeur (projet Plastic Bank avec IBM Blockchain Platform)

> Suivi du café à partir du moment où les grains sont récoltés (projet IBM Food Trust)

> Garantir la validité des dons et la transparence des dons eux-mêmes. Cela rassure le donateur des micro-dons de faire une certaine traçabilité de son argent et de vérifier avec une certitude absolue la destination finale de l’argent (la Blockchain Charity Foundation)

  • La participation économique

Grâce à son application par les gouvernements, les conseils municipaux ou les entreprises, l’utilisation de la blockchain peut améliorer les secteurs suivants :

La mobilité urbaine (voitures, scooters, feux de signalisation intelligents, calculs de trafic, transports connectés, stationnement, etc.) comme le proposent la startup française Mobichain et la startup israélienne La Zooz.

Un suivi en temps réel de la consommation d’énergie : la blockchain peut être utilisée pour archiver les transactions énergétiques, une gestion plus fine et un suivi en temps réel de la consommation d’énergie (compteurs, capteurs), tout en permettant l’échange de ces données entre les différents acteurs du système énergétique. Autrement dit, le recours à une blockchain peut permettre à une collectivité d’avoir une vue d’ensemble de toute son infrastructure énergétique et d’identifier les bâtiments qui consomment le plus d’énergie.

Un système de production d’énergie renouvelable partagé par plusieurs blocs et bâtiments piloté par Eureka Confluence dans le quartier de Confluence à Lyon. Des panneaux photovoltaïques et une centrale de cogénération assurent la production nécessaire pour alimenter les bâtiments en électricité, en chauffage et en refroidissement. L’ensemble est complété par un système de comptage et d’information des habitants basé sur la blockchain et disponible sur les téléphones mobiles. L’objectif est de consommer une énergie renouvelable produite localement.

Sources :

Sénat :« Comprendre les blockchains : fonctionnement et enjeux de ces nouvelles technologies » https://www.senat.fr/rap/r17-584/r17-584_mono.html#toc191

https://www.ibm.com/fr-fr/topics/blockchain-for-good

https://www.binance.charity

https://www.journaldunet.com/economie/transport/1499991-blockchain-et-mobilite-un-mariage-de-raison/

https://www.lyon-confluence.fr/fr/eureka-linnovation-au-service-du-bien-etre

A propos de Pauline Heit