You are currently viewing Le Paradoxe des Qualifications Humaines pour l’IA : Perroquets ou Cerveaux ?

L’intelligence artificielle a évolué rapidement, suscitant des discussions fascinantes sur sa nature et ses capacités. Si on ne comprend pas comment ça marche on ne pourra pas l’améliorer. Comment fonctionne-t-elle réellement ? Est-elle capable de penser comme un humain ? Ou n’est-elle qu’un perroquet sophistiqué, capable de répéter ce qu’on lui a appris ? Lorsque nous attribuons des qualités humaines à l’IA, telles que la capacité « d’halluciner » ou « penser ». Explorer ce paradoxe révèle la tension entre la perception de l’IA que l’on pourrait considérer comme un simple perroquet, crachant les données massives qui lui on était alimenté, imitant les actions humaines sans une véritable compréhension, et la narration émergente suggérant le développement d’une intelligence cognitive.

Le cerveau derrière l’IA : mythe ou réalité ?

Dans son livre “Penser, Vite et Lentement” Daniel Kahneman établit des parallèles entre les deux systèmes de pensée présents dans le cerveau humain. Le système rapide et automatique et le système de pensée lent et délibéré. L’IA, quant à elle, semble fonctionner uniquement avec le système rapide. Elle excelle dans l’analyse de données et la prise de décisions rapides, mais elle manque de la réflexion délibérée. Elle manque des processus cognitifs complexes qui caractérisent la pensée humaine, fonctionnant davantage comme un produit d’algorithmes et de données.

Lorsque l’on parle de « reconnaissance faciale » ou « traitement mental » appliqué à l’IA, om risque de créer une fausse perception d’activités cognitives au sein de l’IA. Emily Bender, une professeure à l’université de Washington, met en garde contre ce biais : « attribuer des capacités humaines à l’IA peut tromper les gens en leur faisant croire que les machines possèdent de véritables capacités cognitives ». Il est important de reconnaître que le processus interne de ces systèmes est une analyse méticuleuse des données plutôt que des processus de réflexion contemplative.

Le marketing de l’IA : jouer avec les perceptions

Les marketeurs contribuent largement à l’anthropomorphisation de l’IA. Ils présentent souvent ces systèmes d’IA comme des machines pensantes dotées de traits humains (comme la voie féminine) et jouent un rôle important dans la formation des perceptions publiques de l’IA. L’objectif de cette anthropomorphisation intentionnelle, est de favoriser la familiarité et le confort pour les utilisateurs. Le but de commercialiser l’IA comme similaire à l’humain est de combler le fossé entre la machine et l’utilisateur, créant un sentiment d’acceptation et de familiarité. Cependant, cette représentation stratégique contribue au paradoxe qui entoure l’IA car elle brouille souvent la frontière entre les capacités analytiques de l’IA et une pensée cognitive authentique.

Perroquet ou cerveau ? La vérité sur l’IA

Alors, l’IA est-elle un perroquet ou un cerveau ? La réponse est simple : Ni l’un ni l’autre. Il est important de reconnaître la réalité dans le débat actuel sur le fait que l’intelligence artificielle soit en train de devenir une intelligence artificielle générale ou qu’elle n’est qu’un simple perroquet. Bien que les systèmes d’IA, en particulier les grands modèles de langage (LLM), soient des outils puissants capable d’analyser des données, mais elle ne possède pas les capacités cognitives d’un être humain. Sa “pensée” est en réalité une analyse sophistiquée basée sur des algorithmes et des données.  

En reconnaissant cette distinction, nous pouvons mieux comprendre le potentiel et les limites de l’IA dans notre monde en constante évolution. L’IA n’est pas une menace pour l’humanité, mais un outil précieux qui peut nous aider à résoudre des problèmes complexes et à améliorer nos vies.

Sources:

Shapiro, D. (2019, October 24). Can artificial intelligence “Think”? Forbes. https://www.forbes.com/sites/danielshapiro1/2019/10/23/can-artificial-intelligence-think/

Musser, G. (2023, August 16). How AI knows things No one told it. Scientific American. https://www.scientificamerican.com/article/how-ai-knows-things-no-one-told-it/

Image : craiyon.com

A propos de Leatitia RIZK

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.