Facebook, YouTube et Twitter : La traque aux intox, une attitude responsable des réseaux sociaux

La semaine des élections américaines est marquée par une lutte acharnée contre les accusations de fraude du président américain Donald Trump. Certains propos sont censurés en tout ou en partie pour éviter tout déferlement de violences. YouTube a sanctionné l’un des partisans zélés de Donald Trump, Steve Bannon, qui a fait état de la décapitation du directeur du FBI et du coordonnateur de la lutte contre le Coronavirus aux Etats-Unis.

La mise en cause de la responsabilité des réseaux sociaux

Depuis les élections américaines de 2016, les réseaux sociaux américains sont critiqués pour n’avoir rien fait pour lutter contre les contenus violents et les fake news publiés sur leurs applications. Ces constats ont incité la réaction de certains Etats européens et les Etats-Unis afin d’exiger des grands réseaux sociaux à de prendre des mesures pour supprimer ou déréférencer les fake news et les contenus diffamatoires et haineux. Ainsi, la lutte contre les intox devient une arme mise en branle par ces géants pour éviter d’être dans le viseur de la justice.

La réaction responsable des réseaux sociaux faces aux fake news

Les premières mesures des géants du web allaient se manifester au cours des élections américaines qui ont été particulièrement marquées par des propos sans preuves du Président américain et ses partisans avec leur fameuse phrase : « Stop the steal ». Les réseaux sociaux, particulièrement Twitter, ont interdit certains messages du Président Donald Trump et de ses partisans qui sapent la confiance dans le processus électoral, comme il est relaté dans le journal Le Monde du 4 novembre 2020.

YouTube de son côté a supprimé la vidéo de l’ex-conseiller[1] de Donald Trump, Steve Bannon, et Facebook a suspendu le groupe « Stop the steal » le 5 novembre 2020 qui publiait des commentaires sur le vote et des contenus inquiétants pour les Etats-Unis. S’il est encore trop tôt pour faire une conclusion, ces actions doivent être considérées comme étant des actes responsables des réseaux sociaux.

[1] https://www.youtube.com/watch?v=MDcJ3h8Ov9M

 

A propos de Rolince ST JUSTE

Avocat au Barreau de Port-au-Prince Titulaire d'un master I en Droit Privé et en Droit des Affaires étudiant en Master II Droit de l'économie Numérique

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.