Un futur accord entre Google et la presse française

Google, de par sa section « Google Actualités », perçoit de nombreux revenus publicitaires en utilisant les contenus publiés par la presse. Ces derniers comptent bien obtenir une part du magot jusqu’ici gardé précieusement par Google. Cependant, ce conflit entre la presse, française notamment, et la firme californienne semble être sur le point de s’achever. Un accord est sur les rails.

Un premier accord en 2013

En 2013, une solution semblait avoir été trouvée. Bien que ne reconnaissant pas le droit voisin de la presse sur leurs contenus utilisés par Google, l’accord prévoyait la création d’un fonds. Ce dernier, atteignant 60 millions d’euros et entièrement financé par l’entreprise américaine devait permettre à la presse en ligne de faire, ou du moins d’aider, leur transition vers le numérique.

Le droit voisin au profit de la presse

L’Union Européenne dans une directive transposée en France par la loi du 24 juillet 2019 affirme un nouveau droit pour la presse. Les éditeurs de contenu en ligne doivent se faire rémunérer de l’utilisation de leur contenu, qu’il soit partiel ou non, sur d’autres plateformes. Après cette loi, un appel massif de la presse française a été lancé pour débuter des négociations.

Un futur accord trouvé

Ainsi durant 2020, Google et l’Alliance de la presse d’information générale, représentant la majorité de la presse française, ont mené des négociations. Actuellement, en octobre 2020, l’accord n’a pas été officiellement annoncé mais ses grandes lignes sont déjà connues. D’une part, une somme sera prévue pour rémunérer la presse, Google va donc reconnaître l’existence des droits voisins. D’autre part, l’accord prévoirait une participation à News Showcase, un nouveau service qui verra le jour prochainement.

Il reste à savoir si l’accord financier trouvé satisfera la presse française, mais la reconnaissance de ses droits voisins par le géant américain est déjà une victoire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.