Le digital est source d’opportunité pour l’entrepreneuriat féminin

Selon une étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), l’entrepreneuriat féminin ne cessera de croître dans les années à venir. En 2014, un tiers des entrepreneurs étaient des femmes. Leurs chances de réussite sont égales à celles des hommes : deux tiers des entreprises qui ont été créés 5 ans auparavant sont encore en activité. En 20 ans, la part des femmes créatrices d’entreprises individuelles est passée de 30 % à 40 %.

Quelles sont les principalement motivations pour se lancer dans l’entrepreneuriat ?

Globalement lorsqu’ils prennent la décision de créer leur propre entreprise, les entrepreneurs recherchent de l’indépendance avant même la recherche de revenus supplémentaire. On constate cependant des écarts entre les motivations homme/femme. Tandis que la motivation des créateurs se porte sur un objectif de développement de l’entreprise, celui des créatrices tend davantage à assurer leur propre emploi.

En juin 2020, s’était déroulé pour la deuxième fois le Female Founder Challenge, organisé par VivaTech et 50inTech. Le challenge permet le financement de startups dirigées par des femmes. La finaliste de 2019, Vivian Nwakah est la fondatrice de Medsaf, une solution de gestion de la chaîne d’approvisionnement de médicaments pour les hôpitaux et les pharmacies en Afrique. Elle souhaite encourager la visibilité et la représentation des femmes, notamment lors des négociations afin de tirer davantage de femmes vers le haut. Elle encourage les entrepreneures à ce qu’elles ne soient plus seulement distinguée à « l’entrepreneuriat féminin » mais à l’entrepreneuriat tout court.

L’étude de l’Insee démontre également que les femmes accédaient davantage à l’entrepreneuriat grâce à une évolution des mentalités mais surtout par certaines mutations économiques. Le digital semble être l’un des principaux facteurs d’accélérations de la féminisation de l’entrepreneuriat. Elles recherchent parmi les principales motivations: de la liberté et de l’indépendance (pour 49% d’entre-elles), de l’épanouissement personnel (42%) ainsi qu’une organisation du temps de travail libre (34%).

Le digital est à la fois synonyme de modernité, de compétence et de flexibilité. L’objectif d’un entrepreneur est d’innover le secteur dans lequel il travaille. Et quoi de mieux que de travailler dans le domaine du digital qui est moins discriminatoire selon l’âge ou le sexe de la personne qui y travaille. Les femmes sont également reconnues dans le monde professionnel comme étant créative, intuitive et douée en capacité relationnelle qui sont des facteurs essentiels au développement d’une entreprise. Finalement, le digital donne également aux entrepreneurs de travailler plus facilement à l’endroit et à l’horaire qu’ils souhaitent, permettant de concilier le projet professionnel et la vie de famille.

A propos de Sarah DUWALD

Etudiante en Master 2 Commerce électronique à la Faculté de Strasbourg.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.