Lancement officiel du plus gros data center d’Afrique centrale au Cameroun : pourquoi faire ?

L’heure est au bilan. C’est durant cette année 2020 que l’on devait voir apparaître les premières réalisations du projet du gouvernement intitulé « Plan Stratégie Cameroun numérique 2020 ». Le but de ce projet lancé en 2016 était de dynamiser l’économie numérique dans le pays.

Comme dans le reste du monde, le numérique tisse sa toile. Cet élan de positionnement vers le futur n’a pas échappé aux dirigeants africains qui ont lancé des projets dans ce sens afin de doter leurs pays d’infrastructures technologiques nécessaires à une émergence de l’économie numérique. Dans cet engouement, le mois de juillet 2020 au Cameroun a été marqué par le lancement officiel du plus gros data center d’Afrique Centrale. Cela faisait partir des axes prioritaires du gouvernement donc nous pouvons citer, le développement des infrastructures de large bande, l’accroissement de la production et l’offre des contenus numériques, assurer la transformation numérique de l’administration et des entreprises, faire la promotion de la culture numérique par la généralisation de l’usage des TIC dans la société, le renforcement de la confiance numérique, etc.

Cependant, il convient de dire qu’il faudra encore plusieurs années pour que ce projet soit effectivement viable. Ceci est dû au fait que l’économie numérique ne dépend pas uniquement de ces infrastructures inhérentes à elle, mais à tout un ensemble d’éléments qui contribueront à cette synergie indispensable à la dynamisation de ce nouveau marché. Selon une étude réalisée par l’INRIA, le taux de pénétration d’internet et des TIC est seulement de 10% ce qui place le pays au 127e rang international. Il faut donc élaborer des politiques douanières favorables à l’importation des équipements numériques d’une part et favoriser une production industrielle locale part des appels à projet, des financements et des aides fiscales d’autre part sans oublier de résoudre les problèmes de connectivité. A l’évidence, l’économie numérique nécessite une adaptation du cadre législatif notamment dans le domaine de la protection des données personnelles, dans le renforcement des mesures de lutte contre la cybercriminalité et adapter le cadre fiscal.

C’est un chantier immense qui doit aussi prendre en considération les problèmes préexistants vu qu’ils sont tout autant importants que les infrastructures numériques. Cela concerne les problèmes de logistique, d’urbanisation et de fourniture en électricité. Comment livrer un cyberconsommateur dans les temps lorsque l’on sait, que le pays souffre d’un réel problème de communication en matière de route pour acheminer les biens et services d’un lieu à un autre ou encore, pour retrouver l’adresse postale du client. A cela s’ajoutent les coupures intempestives d’électricité qui sont un véritable obstacle au bon déroulement des opérations en ligne.

Lui aussi…

La biométrie : nouvelle arme pour la lutte contre les fonctionnaires fictifs en Afrique

 

A propos de Parfait PEMAMBOU

Etudiant en Master 2 Droit de l'Economie Numérique Président de l'association ACEDEN A la recherche d'un Stage de 6 mois

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.