“IA et jeux-vidéo : Le bouleversement d’un processus de création”

Le jeu vidéo  est selon l’office québécois de la langue française dit OFLF, une « Œuvre audiovisuelle interactive et ludique dont le contenu est programmé et diffusé sur un support de stockage qui en permet l’affichage sur un écran, où le joueur contrôle l’action qui s’y déroule, à l’aide d’un périphérique de jeu, dans un but de divertissement ou de compétition ». De par son statut d’œuvre regroupant plusieurs arts, le jeu vidéo nous offre un divertissement depuis des années et ne cesse d’évoluer et de nous émerveiller. Or, depuis plusieurs années, ce dernier évolue grâce à l’inclusion d’une nouvelle technologie, l’intelligence artificielle.

Une aide précieuse à la création

Face à une complexité grandissante et de nouveaux enjeux, les développeurs se voient confrontés à des tâches fastidieuses, chronophages au détriment parfois de leur pure créativité. L’usage de l’intelligence artificielle est selon un arrêté du 27 juin 1980 relatif à l’enrichissement du vocabulaire de l’informatique, « une discipline relative au traitement par l’informatique des connaissances et du raisonnement ». Cette puissance de calcul est alors mise en œuvre dans le milieu du jeu que ce soit pour la création des personnages non joueurs, leurs animations ainsi que la création d’univers. L’intelligence artificielle présente ainsi deux avantages majeurs dans cette utilisation, une plus grande rapidité de création et la possibilité de rendre les éléments plus réels afin d’apporter une plus-value dans l’expérience de jeu.

La création de PNJ (personnages non joueur)

Pour ce qui est de la création des personnages, l’IA détermine les comportements, les divers états que le personnage non joueur peut adopter face à plusieurs types de situations rencontrées dans son environnement. Cela peut se retranscrire par des réactions telles que la peur si le joueur tire à proximité comme dans GTA V ou bien une tactique défensive face à une attaque par exemple. L’IA détermine également les déplacements de ceux-ci, cela s’appelle le pathfinding, elle aide les PNJ à trouver leurs chemins en utilisant l’algorithme A*. C’est un point important car au moindre défaut, le PNJ peut se retrouver bloqué dans le décor ou avoir un déplacement incohérent.

La création d’univers

L’IA est également un gain de temps précieux pour créer des univers virtuels, en particulier des openworld donc mondes ouverts. Par quelle méthode? La génération procédurale, cette dernière consiste à créer un contenu numérique à grande échelle de manière automatique selon un ensemble de règles définies en amont. Ainsi, à chaque pas que le joueur va faire, un nouvel univers unique va s’offrir à lui. Pour cela, l’IA doit être nourrie par des données, on va lui dire ce qu’on souhaite comme type de contenu généré, comment ils doivent être, la forme, couleur, comportement etc.. L’algorithme va se charger de disposer ce contenu de manière cohérente grâce ces informations. En exemple connu, nous pouvons citer l’univers de Minecraft, Left 4 Dead 2, Starbound, Starcitizen…

Un possible impact sur le droit d’auteur

Au-delà des questions techniques sur la juste application de l’intelligence artificielle dans le processus créatif, l’usage de celle-ci remet en cause des aspects juridiques. En effet, le jeu vidéo est protégé par le droit d’auteur en tant qu’œuvre complexe donc en tant qu’œuvre qui regroupe plusieurs formes d’arts tels que l’audio, le vidéo, le logiciel… Nous pouvons ainsi nous demander
si l’intelligence artificielle peut remettre en cause le droit d’auteur appartenant au créateur du jeu. Est-ce que ce statut peut être remis à l’intelligence artificielle qui se voit de plus en plus active dans le processus créatif ? Pour le moment non, car afin d’être reconnu comme titulaire du droit d’auteur par la création d’une œuvre originale, il faut d’une part être dotée d’une personnalité juridique et d’autre part avoir une conscience pour être capable de mettre l’empreinte de la personnalité dans sa création. Par conséquent, l’IA est incapable de créer une œuvre originale, condition essentielle pour bénéficier du droit d’auteur et d’autre part, elle ne peut être titulaire du droit d’auteur. Cela adviendra peut être à changer lorsqu’il existera une réelle intelligence artificielle dotée d’une conscience à laquelle on attribuera une véritable personnalité juridique permettant d’exercer ses droits..

A propos de Clothilde MACÉ

Étudiante en master 2 "Droit de l'économie numérique", je suis une grande passionnée du droit des données et de l'intelligence artificielle.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Aaah ça me rappelle les premières fois où j’ai joué à Minecraft et que j’ai remarqué que le terrain été généré aléatoirement. C’était vraiment impressionnant à l’époque de voir que toute une carte pouvait être différente quand on lançait une nouvelle partie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.