La smart city : une nouvelle porte d’entrée pour les cyberattaques

A l’horizon 2030, le monde comptera plus de 8 milliards d’habitants dont près de 55% vivront dans des zones urbaines. Une quarantaine de métropoles accueilleront plus de 10 millions d’habitants. Les collectivités vont devoir redoubler de vigilance sur leur sécurité information. Les responsables de la sécurité des systèmes d’information des collectivités sont en première ligne sur la question : des mobilités intelligentes, la meilleure gestion de l’énergie, l’administration des services intelligentes, du bien être des citoyens par les objets connectés …

La smart city, c’est avant tout un flux d’information, qui part de milliers de capteurs installés sur le territoire vers des applications. Avec la montée en puissance des IoT, de la blockchain grâce à la 5G et sans la sécurisation de ces objets, la ville intelligente pourrait virer au cauchemar. La smart city serait alors à la merci du hacker qui pourrait la contrôler à sa guise.

Quelques exemples de hacking qui pourrait mettre à mal une ville intelligente :

  • hacking des infrastructures routières
  • hacking des fermes intelligentes
  • hacking des voitures autonomes
  • Bornes qui interdisent l’accès à des rues, parcmètres, distributeurs de billets
  • impossibilité de payer ses factures en ligne
  • manque de vigilance des salariés en entreprise

Mais ces vulnérabilités ne se limitent pas aux objets technologiques. La cyber-sécurité est également une question juridique, organisationnelle et humaine.

Prenons un exemple d’une smart city Séoul d’ou sa ville intelligente est basé en 6 catégories : Services administratifs intelligents, Transport intelligent, Sécurité intelligente, Environnement intelligent, Bien-être intelligent et Économie intelligente. Sa vision est de devenir leader mondial de la ville intelligente. La plupart des ces catégories peuvent regorger des failles de sécurités facilement exploitable par les pirates.

Pour faire face à cela, le gouvernement métropolitain privilégie des solutions clés en main facile à déployer afin d’éviter un scénario catastrophe :

  • maîtriser le patrimoine de la ville grâce à un plan de maintenance et de sécurité adapté,
  • déceler les potentielles failles de sécurité en mettant en place des process à déclencher en cas d’intrusion,
  • Privacy by design tout en permettant l’interopérabilité avec les autres maillons de la chaîne,
  • avoir un blockchain pour la sécurisation des données personnelles.

A propos de Nadège Galanga HALWA

Titulaire d’un Master en Administration Economique et Sociale, actuellement étudiante en master 2 E-commerce.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.