Neuromorphique : Et si cette nouvelle puce prend la place d’un cerveau humain

L’intelligence artificielle ne cesse de croître et de prendre une place importante dans le monde de la technologie. Prenons l’exemple du cerveau humain, qui est une source d’inspiration pour les développeurs. Ceux-ci essaient d’inventer un cerveau artificiel avec 8 millions de neurones et 100 millions comme objectif.

La nouvelle technologie neuromorphique

La puce neuromorphique, cette nouvelle technologie, a été lancée en 2017 et fonctionne de la même manière qu’un cerveau biologique. Elle se compose de 130 000 neurones, contrairement aux neurones humains qui sont estimés entre 86 et 100 milliards. Mais ce cerveau artificiel neuromorphique présente beaucoup plus d’avantages : il permet aux différents processeurs de fonctionner beaucoup plus rapidement et plus efficacement qu’un processeur classique.

En effet, ce circuit entre ces neurones artificiels de l’intelligence artificielle est organisé en plusieurs couches interconnectées par des synapses artificielles. Il ne se limite pas seulement à des calculs et des traitements des données, mais aussi sur la capacité d’auto-apprentissage. « L’ordinateur du futur combinera sans doute les processeurs actuels multitâches, programmables et adaptés aux grands traitements arithmétiques, et ces puces neuromorphiques qui traiteront l’intelligence artificielle. Des puces qui devraient se répandre partout. L’objectif est de rendre les grands ordinateurs centraux moins gourmands et les objets du quotidien plus intelligents. ».(Julie Grollier,  physicienne française, spécialiste de spintronique).

Intel, dévoile sa nouvelle puce neuromorphique…

Intel met en place son nouveau système neuromorphique composé de 8 millions de neurones, qui est beaucoup plus puissant que l’ancien. Ce n’est toujours pas suffisant pour intel : l’objectif est d’atteindre d’ici la fin d’année un processeur neuromorphique avec 100 millions de neurones. De plus, cette puce peut être utilisée dans de multiples secteurs allant du Smartphone à la robotique.

Donc la véritable question qui se pose ici, est ce que la puce neuromorphique prendra réellement la place d’un cerveau humain à l’avenir ?

 

A propos de Salma AQIL

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.