L’écosystème de la Deep Tech en France

  Face aux deux grandes puissances numériques qui sont les Etats-Unis et la chine.  La France et l’union européenne concentrent  leurs efforts sur l’écosystème de start-up de la Deeptech afin de gagner une place dans l’industrie du futur 4.0.
Grâce au développement de la science et de la technologie à grande vitesse, de plus en plus de high techs deviennent les low techs, donc la France a investi dans la  recherche d’innovation en profondeur. Cet acte inspire de nombreux entrepreneurs à lancer de véritable projets innovants.
Qu’est ce que c’est  Deeptech ?
Souvent, il s’agit des innovations technologiques, associé avec la recherche laboratoire, soit publique ou privé, s’appuyant sur des travaux de recherche industrielle ou expérimental, possédant des verrous technologiques forts et se différenciant des autres start-ups.
La Deeptech concerne aujourd’hui  le traitement des données, l’IA (intelligence artificielle) , la biotech, les nanotechnologies, l’informatique quantique, le stockage de l’énergie etc.
Les acteurs
Les acteurs majeurs dans l’écosystème de la Deeptech sont les universités, l’état, les associations, les entreprises et les start-ups. Pour réunir tous ces acteurs et établir un écosystème de Deeptech, le Bpifrance a lancé un « Deeptech tour » au sein des campus dans l’Hexagone, qui a commencé le 19 septembre 2019 à Grenoble.
Et le financement…
Le financement de la Deeptech est moins élevé en France qu’aux Etats-Unis et Royaume -Uni , mais il y a pas mal de capital-risques engagés à Deep tech. Selon Maddyness , les entreprises deeptech ont levé 1,4 milliards de dollars soit (1,27 milliards d’euros) en 2019, loin derrière le Royaume-Uni avec ses 2,9 milliards de dollars (soit 2,64 milliards d’euros). La France se positionne quand même deuxième au sein de l’UE. 
Les capital-risque
  • Elaia qui investit dans Shift Technology, Criteo, Sigfox, ticket moyen : 100 000 -1 million d’euros
  • Serena qui a investi dans Lifen, ticket moyen : 500 000  – 8 millions d’euros
  • Supernova Invest, ticket moyen : 1,2 – 3 millions d’euros
  • CapDécisif Management, ticket moyen : 200 000 – 4 millions d’euros
  Malgré qu’il y ait de nombreux  capital-risque qui supportent les start-ups, leurs tickets moyens pour la Deeptech sont très petits à cause du risque relativement élevé.
Par conséquent, en juin 2018, Bpifrance a lancé un fond de 400 millions d’euros  pour le pré-amorçage des Deeptech, ce fond est appelé « french tech seed » , il repose sur un mécanisme d’apporteurs d’affaires labellisés et un effet de levier sur l’investissement privé.
Par exemple, une université comme  apporteur d’affaire peut garantir le caractère technologique,  les investisseurs privés et également le potentiel de développement de l’entreprise. Ainsi, La société qui est validé par l’apporteur d’affaire, bénéficie d’investissements privés, Il peut accorder un financement quasi-automatique par Bpifrance et aller jusqu’à deux tiers du tour de table.

A propos de Yue YANG

Débutant en e-marketing

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Laurel Amaral dit :

    Wonderful article! We will be linking to this particularly great post on our site. Keep up the good writing.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.