Le Sharenting : quand les bébés ont une identité numérique avant même de naître

Aujourd’hui, les enfants ne sont pas encore nés que leurs parents leur ont déjà créée un profil sur Instagram ou sur Facebook, retour sur cette nouvelle tendance.

Share + Parenting = Sharenting

Le sharenting est le fait de partager des photos et des vidéos de vos enfants ou petits-enfants sur les médias sociaux et/ou de créer un profil sans le consentement des intéressés.

  • Share signifie « partager »,
  • Parenting signifie « paternité ».

Il est devenu banal de nos jours, de publier et partager des photos de nos enfants sur notre Facebook, Instagram ou Snapchat : anniversaires, événements sportifs, jour de vacances, sortie scolaire… Il existe également des chaines YouTube familiale entière où les enfants sont exposés tous les jours dans des « daily vlog » (vidéo retraçant chaque journée de la famille). YouTube fait actuellement la chasse à ce type de chaine YouTube et réduit de plus en plus les droits des chaines famille.

Durée de vie illimitée des photos / vidéos

La durée de vie des photos et vidéos postées sur les réseaux sociaux sont très variables, elle peut être courte et éphémère comme longue et illimitée. En effet, la photo n’apparaitra plus sur le fil d’actualité au bout d’environ 24h mais, sera toujours présente sur votre profil ou le profil de l’enfant. La photo pourra donc être retrouvée facilement.

La face sombre du sharenting

Les mineurs étant protégés par la loi, trop les exposer sur les réseaux sociaux peuvent leur causer des problèmes. On ne sait pas qui a accès aux images et vidéos, et quels sont les intentions des personnes. La vie des enfants peut être en danger à cause du sharenting.

Le sharenting apporte son lot de conséquences plus ou moins graves pour les enfants : harcèlement scolaire et sexuel, honte, mauvais enseignement donné par les parents sur l’exposition sur les réseaux sociaux, pédophilie, pédopornographie…

Quelques conseils :

  • Réfléchir avant de poster : est-il bon de poster une photo de son enfant dans le bain ? Non. Il faut absolument réfléchir à ce qu’on poste avant de le faire.
  • Régler les paramètres de confidentialité : accès limité des photos et vidéos de vos enfants que pour un cercle restreint et qui a notre confiance.
  • Ne pas partager des images portant atteinte à la sécurité ou l’intégrité de l’enfant : ne pas révéler le lieu où il se trouve ni poster des images de l’enfant dénudé ou dans des poses compromettantes.
  • Si l’enfant est un ado, alors en discuter avec lui et lui demander son consentement.

N.B : il n’est légalement pas possible de se créer un profil Facebook ou Instagram avant 13 ans révolu, cependant il existe plusieurs techniques permettant de détourner cette limite d’âge.

 

Et vous ? Dites-nous en commentaire ce que vous pensez de la surexposition des enfants sur internet.

Vidéo en anglais démontrant bien le problème du sharenting :

A propos de Émeline SOULIER

Attirée par le monde numérique et son évolution, c'est naturellement que je me suis tournée vers le Master 2 Commerce Électronique pour finir mes études. N'hésitez pas à me rejoindre sur mon LinkedIn pour échanger sur le digital !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.