L’ impact environnemental de la blockchain et des crypto-monnaies

La blockchain, cette technologie qui possède un potentiel gigantesque, a des conséquences énormes sur la consommation énergétique.

La blockchain est considérée par certaines personnes comme une menace pour l’environnement. Ce phénomène s’explique par la forte consommation énergétique que nécessitent les crypro-monnaies et notamment le bitcoin pour la vérification des transactions.

Le bitcoin met en place un système Peer To Peer (P2P) décentralisé au sein duquel les opérateurs du réseau développent des calculs mathématiques complexes afin de décrypter et d’assurer la sécurité des transactions effectuées.

De plus, la résolution de ces problèmes mathématiques nécessite une consommation énergétique très importante. Cela s’explique par des preuves de travail à partir desquelles les personnes chargées de la vérification des transactions sont rémunérées.

Par conséquent, les opérateurs du réseau ont besoin de se prévaloir de processeurs ayant une importante capacité de calcul afin de pouvoir résoudre les problèmes mathématiques dans les plus courts délais ce qui engendre une consommation énergétique conséquente.

En 2018, on estimait que l’énergie utilisée par le bitcoin dans le décryptage et la vérification des transactions serait comparable à l’énergie consommée par des pays comme l’Irlande ou la Hongrie c’est-à-dire plus de 40 Twh par an. À cela s’ajoute l’énergie consommée par les autres crypto-monnaies dont le nombre est supérieur à 1300 selon les observations de la banque de France.

En revanche, pour certains experts, la blockchain et les crypto-monnaies représentent une solution pour combattre le réchauffement climatique. Cette technologie qui a révolutionné le système financier cherche aussi à propulser les énergies renouvelables. Tel est le cas d’Evergreencoin, une crypto-monnaie qui a pour objectif la collecte de fonds à des fins écologiques.

On peut aussi donner l’exemple de Genercoin, une crypto-monnaie soutenue par de l’énergie renouvelable. Celle-ci peut donc être échangée contre du bio-carburants avec une parité plus avantageuse pour les personnes titulaires de cette monnaie.

Egalement, la blockchain publique permettrait un meilleur encadrement des activités écologiques en raison de l’établissement de contrats intelligents permettant ainsi de mieux suivre les activités de recyclage mais aussi de diminuer les fraudes concernant les taxes écologiques.

La blockchain et par conséquent les crypto-monnaies sont fondées sur la confiance et la transparence accordées aux transactions. Cela est en contradiction avec les bonnes pratiques écologiques. Cependant, selon les experts dans la matière, l’utilisation des crypto-monnaies pourrait conduire au développement de pratiques adéquates avec le respect de l’environnement.

A propos de Paul HANE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.