Mobile money en Afrique: succès et perspectives (Partie 2)

 

Dans le premier volet du mobile money en Afrique, il a été mis en lumière les facteurs permettant le développement assez rapide du modèle sur le continent. Le deuxième volet sera axé sur les perspectives d’avenir du mobile money sur le continent africain.

Plus d’une centaine de services

Le mobile money est à inclure dans la liste des secteurs qui ont connu des croissances extraordinaires. En une décennie, le volume mondial des transactions s’est élevé à plus de 40 milliards de Dollar américain, dont 26,8 milliards en Afrique subsaharienne.

En 2018, l’Afrique dénombrait 132 services autour du mobile money. Ce nombre est impressionnant si on le compare aux objectifs de départ, qui étaient la recharge de crédit de communication et le transfert d’argent.

Il est aujourd’hui possible de faire plusieurs opérations. De plus, de nouveaux services voient le jour, rendant l’Afrique inimaginable sans le mobile money.

Une législation qui ne suit pas

Le mobile money a  changé les habitudes avec ses innovations et rendu accessible des services financiers à des personnes qui ne possédaient pas de comptes bancaires. Il demeure toutefois un système ne disposant pas de législation en Afrique.

L’un des problèmes concerne la garantie des transactions. Les opérateurs téléphoniques ne peuvent pas à eux seuls garantir les transactions. En effet, seul les banques, qui disposent d’un statut particulier, peuvent le faire. Ce qui rend la présence d’une banque indispensable derrière chaque opérateur. L’idée serait donc de permettre aux opérateurs de garantir des transactions.

Certains pays d’Afrique ont légiféré en ce sens, mais aucun opérateur n’a fait le saut pour devenir une banque. Orange pense à le faire en Côte d’ivoire. On le suivra évidemment avec beaucoup d’attention en 2020.

Permettre le développement du commerce électronique en Afrique

Parmi les solutions au développement du commerce électronique en Afrique, le mobile money apparaît comme un des facteurs clés. Les infrastructures sont certes indispensables, mais elles le sont au même titre que la facilité de paiement. Des solutions émergent pour rendre accessible le paiement universel avec le mobile money mais pour l’heure elles restent limitées.

Lorsque tous les africains pourront acheter directement sur les site d’e-commerce avec le mobile money, l’e-commerce aura alors de beaux jours devant lui.

A propos de Maina ABBA KOMI

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.