Le crédit social chinois: vers le premier État totalitaire numérique ?

L’Empire du Milieu projette de mettre en place sur l’ensemble du territoire dès cette année, un système de surveillance par la notation de ses citoyens, de plus en plus nombreux. 

Dans les rues de HongKong, des milliers d’opposants au régime communiste laissent éclater leur colère dans les rues. Si la violence propre à ce genre de manifestation ne laisse pas indifférent, l’effet de masse est fort: la plupart des individus sont cagoulés, et pour cause. Être identifiés par les caméras de reconnaissance faciale, extrêmement performantes en Chine, pourraient leur coûter très cher. Car, déjà dans quelques villes du pays, les individus sont surveillés de près.

Ainsi, les citoyens majeurs se sont vus attribuer une note de 1000 points (A), qui augmente lorsqu’ils font une bonne action (don du sang, nettoyage bénévole du quartier) leur permettant d’obtenir une note plus élevée (A +++) ainsi que des droits supplémentaires, tel que celui d’être membre du parti et de se présenter aux élections.

Réciproquement, lorsqu’ils commettent une incivilité (jeter un déchet par terre, frauder dans les transports en commun) leur note diminue (B,C, ou D) ainsi que leurs droits: exclusion du parti communiste, impossibilité de contracter un prêt, d’acheter des billets de train ou encore d’avion.

Cette année, 11,4 millions de chinois ont vu leur liberté de circuler restreinte en raison d’une note trop basse.  

Les “mauvais citoyens” sont punis: portraits affichés dans tous les espaces publics, sonnerie de téléphone imposée reproduisant le bruit d’une sirène de police dans un but d’identification, etc.

Le Parti Communiste justifie ses actions pour assurer le maintien de l’ordre au sein d’une population qui ne cesse de croître. Entre surveillance totalitaire et sécurité nationale, la frontière est ténue.

A propos de Océane DUPONT

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.