Facebook désormais à la quête du contrôle des ordinateurs par le cerveau

Estimée entre 500 millions et 1 milliard de dollars, cette somme exorbitante correspondrait au prix payé par Facebook pour le rachat de la start-up américaine CTRL-LABS. Avec ce rachat, Facebook tente de perfectionner son offre de réalité virtuelle augmentée.

Concrètement, le produit proposé par l’entreprise est un bracelet que l’on fixe autour de son bras permettant d’analyser les activités du cerveau. C’est notamment grâce à la présence d’électrodes que le bracelet va intercepter les signaux lancés par le système nerveux vers les muscles de nos bras. Il permettra donc de prédire les intentions d’une personne avant que cela ne se produise. Le bracelet retranscrira ensuite ces signaux sous forme numérique.

Le système « saisit votre intention, et vous pouvez ainsi partager une photo avec un ami avec un mouvement imperceptible, ou simplement en y pensant » déclare Andrew Bosworth responsable de la division chargée de la réalité augmentée chez Facebook.

Cependant, cette nouvelle ne réjouit pas tout le monde. En effet, Facebook est déjà dans la tourmente de l’affaire Cambridge Analytica liée à la protection des données privées et est également soupçonnée de pratiques anticoncurrentielles pour affirmer sa position de leader sur les réseaux sociaux avec le rachat des applications mobiles WhatsApp et Instagram.

Si l’on se focalise les aspects positifs, on peut constater qu’il y a un énorme avantage concernant ce produit innovant ; en effet, il ne sera plus nécessaire d’effectuer une action quelconque. Seule l’intention permettra de déclencher l’action pensée ou voulue sur un ordinateur.

Le contrôle des machines par la pensée deviendra donc une réalité grâce aux avancées technologiques et à leur financement par les géants du numérique.

A propos de Jennifer CISSE

Etudiante en Master 2 Droit de l'économie numérique

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.