Une application pour vos analyses biologiques ?

La start-up israélienne Healthy.io vient de mettre au point un « mini laboratoire d’analyses biologiques de poche », un moyen de désengorger les laboratoires d’analyses, de populariser le dépistage mais également d’en réduire les coûts. Ce nouveau système d’analyses reproduit le même schéma que l’application uCheck lancé en 2013.

C’est une petite révolution dans le milieu de la santé, la start-up Healthy.io a lancé une application permettant aux utilisateurs de faire leur propre test urinaire chez eux. Le but de cette innovation est d’encourager les personnes à se tester régulièrement afin de détecter plus en amont les éventuels signes de dysfonctionnement rénal. En effet, cette application a été pensée pour un meilleur suivi des personnes atteintes d’insuffisance rénale chronique mais également pour être utile à la prévention de la maladie.

Le concept est plutôt simple, l’application est accompagnée d’un petit kit (Dip.io) comprenant un pot, des bandelettes réagissant en fonction de la composition du liquide et permettant d’identifier pas moins de 10 indicateurs d’infection, de maladie et de complications liées à la grossesse ( glucose, protéine, leucocytes) et enfin une planche de références couleurs. Il suffira alors d’uriner dans le pot, d’y plonger une bandelette, de la mettre sur la planche de référence et enfin de prendre le tout en photo à l’aide de l’application. La photo sera alors envoyée sur le Cloud en vue d’y être analysée.

L’application utilise le Machine Learning pour analyser la couleur du test en tenant compte de nombreux facteurs tels que l’éclairage ou encore le type de camera, lui permettant de fournir ainsi une analyse de l’image. Il s’avère que la fiabilité est plutôt impressionnante, car la Food and Drug Administration américaine a reconnu l’application et son kit comme appareil de diagnostic de classe clinique de classe II, ce qui est une première pour un protocole utilisant un smartphone.

La start-up, grâce à son projet innovant a réussi à lever 18 millions de dollars de fonds et sa solution est utilisée par 100 000 patients aujourd’hui. Cette belle levée de fonds lui permettra d’accélérer son expansion à l’international, mais surtout de s’étendre au Royaume-Uni et de lancer son offre sur le marché Américain. Selon une étude, si cette nouvelle technologie est adoptée en Grande-Bretagne, cela permettra d’ éviter plus de 1300 décès et 11000 cas de dialyse ou de greffe sur 5 ans. Il s’agit donc d’un projet prometteur.

Pour l’avenir, la start-up compte développer le même procédé pour des tests dermatologiques toujours par le biais d’une application.

A propos de Sandra RODRIGUES

Férue de nouvelles technologies, j'ai cumulé ce vif intérêt avec ma culture juridique en choisissant la voie du Droit de l'économie numérique pour mon Master 2. Dotée de connaissances en propriété intellectuelle et sensibilisée à la protection des données, j'ai pu élargir mon champs de compétences et me passionne aujourd'hui pour la cybersécurité.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.