Amazon : la logistique e-commerce et le dernier kilomètre

 

Amazon est la plus grande plateforme de trading en ligne du monde et l’un des sites Internet les plus populaires. Elle compte 3 millions de vendeurs et 350 millions de produits différents. Amazon est responsable de 4 millions de livraisons par jour.

Tout a commencé en 1995 : Jeff Bezos décide alors de créer une librairie 2.0 et de passer à l’étape supérieure en mettant en place une vente au détail, en ligne, des livres de son garage. Sa mission poursuit la logique suivante : “Utiliser Internet pour changer l’achat de livres, le rendre le plus rapide, le plus facile et le plus agréable possible. 

Pour les géants du e-commerce, en matière de logistique, une problématique assez coûteuse est présente : le dernier kilomètre. Il représente une composante très importante du transport routier, à tous les niveaux, autrement dit plus de 20 % des coûts logistiques totaux et près de 20 % du trafic urbain.

La durabilité du dernier kilomètre 

Les livraisons en dehors des heures de travail permettraient aux camions d’éviter les périodes de pointe et d’exercer leur activité pendant les heures creuses. Mais, cela exige des changements semi-radicaux au niveau de l’approvisionnement et peut également augmenter le bruit et déranger les résidents.

Cependant, Amazon a clairement indiqué que la résolution du problème de la livraison du dernier kilomètre est l’une de ses priorités. Il a annoncé une série de plans pour pouvoir le résoudre. Et bien que ses efforts de livraison de drones n’aient pas reçu l’approbation du gouvernement fédéral en mai dernier, un mois plus tard, la société a annoncé des plans qui
encourageaient les entrepreneurs à créer de petites entreprises et des start-ups pour livrer les paquets Amazon. 

Mais, dans le but de se rendre encore plus commercialisable dans l’espace de livraison, Amazon a annoncé qu’elle réduirait les frais, y compris les suppléments carburant et les frais supplémentaires pour les livraisons à domicile. Le supplément carburant le plus récent pour les véhicules terrestres FedEx est de 6,5 % et de 7 % pour les véhicules UPS. 

Contrôler la livraison du dernier kilomètre signifie contrôler l’expérience globale du client. 

Au cours des prochaines années, de nombreuses alternatives seront essayées et introduites. Mais les besoins en matière de livraison sont si variés qu’un grand nombre d’entre eux seront adoptés pour des besoins géographiques, démographiques et de clientèle spécifiques. 

Les lockers Amazon aux Etats-Unis, et les drones Prime Air en France c’est bien, mais Jeff Bezos n’a pu trouver encore une seule solution pour les enjeux de la logistique e-commerce. Fin janvier 2019, la société a commencé à Washington les tests de Scout, un petit robot de livraison monté sur six roues.

A propos de Nicoleta TEPORDEI

Étudiante en Master 2 Commerce Electronique

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.