Apple Vs Spotify: Chroniques d’une Guerre concurrentielle 1/2

Le virage d’Apple vers la fourniture de services s’est accentué ces derniers mois avec l’annonce d’Apple TV+. Mais ce chantier remonte en réalité à bien plus longtemps. En effet en 2015, Apple effectuera son arrivée dans le monde du Streaming avec la sortie de Apple Music. Cette année marquera aussi le début d’une guerre commerciale, éthique et judiciaire entre Apple et les désormais concurrentes, plateformes de Streaming.

A l’origine de la discorde: les commissions faramineuses prélevées par Apple

Depuis 2015, un constat était relevé par la presse spécialisée : à services équivalents, les abonnements à Spotify premium effectués via le service de paiement de l’app Store coûtaient 30 % plus cher que ceux effectués depuis le site web de l’application . La raison de cet écart : la commission de 30 % appliquée par Apple à certaines applications utilisant son service de paiement intégré à l’App store. Cette situation avait déjà poussé Spotify a fortement inciter ses abonnés premium (utilisant le paiement Apple store) à annuler le renouvellement automatique des paiements et à opter pour un abonnement via le site Spotify. Cependant l’avènement et surtout l’évolution rapide d’Apple Music a contraint Spotify à prendre des mesures beaucoup plus radicales.

Acte 1 : Apple : de hôte à concurrent

Spotify, dans le segment du streaming musical doit conjuguer avec une concurrence particulièrement féroce. Deezer, Tidal, Pandora, Soundcloud, Napster, Youtube Music : les concurrents sont légions mais l’un d’entre eux fort de son écosystème se démarque ; il s’agit de Apple Music.

En effet depuis sa création en 2015, Apple Music a connu une croissance exponentielle jusque à atteindre les 50 millions d’abonnés au premier trimestre 2019. Désormais concurrent direct de Spotify, Apple bénéficiait alors d’un avantage considérable que constituait sa commission de 30%. La conséquence de cette majoration: Les abonnements Spotify effectués via l’App store coûtaient 12,99 euros là ou Apple music était facturé moins cher, à 9,99 euros.

Si Spotify avait finalement décidé d’appliquer les mêmes prix que la concurrence en absorbant le surcoût, quitte à percevoir moins de royalties, le géant suédois s’est finalement résolu à adopter une position plus défensive. Août 2018, la plateforme supprime la possibilité de s’abonner à ses services via l’App store. Le premier acte d’un conflit à peine masqué, auquel Apple va répondre…mais sur un autre terrain cette fois.

Acte 2 : Quand Apple se positionne comme un ami des ayants-droits

Le Copyright Royalty Board, juge de la rétribution des ayants droits, décide fin 2018 d’une augmentation de 44% des revenus versés aux artistes par les plateformes de Streaming. Une augmentation conséquente qui ne manquera pas de faire réagir les plateformes de Streaming. Spotify, Google, Amazon et Pandora  font front commun et décident tous de de faire appel de cette décision…tous à l’exception d’Apple. En effet la marque à la pomme décide de ne pas faire appel de la décision de la CRB. Un joli pied de nez à l’encontre de ses concurrents, d’autant plus que Apple s’attire suite à cela la sympathie publique des associations d’auteur, là où l’attitude réfractaire de ses concurrents est fustigée avec véhémence. Apple ressort de cet épisode avec le blason redoré, ignorant toutefois le coup frontal que s’apprête à lui asséner Spotify dans les mois qui suivront.

(à suivre)

 

A propos de Joseph GBOKO

Etudiant en Master 2, Droit de l’économie numérique à l'université de Strasbourg. Passionné de numérique plus précisément de Cyber-sécurité et de Protection des données, je m'intéresse aussi fortement au monde du jeu vidéo et de la musique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.