Quel avenir pour Huawei ?

L’affaire Huawei fait beaucoup de bruit, les accusations d’espionnage commercial et politique cache en réalité une guerre commerciale intense qui oppose les Etats-Unis et la Chine.

Le géant Chinois est sujet à des accusations constantes d’espionnage politique et industriel de la part des Américains. Les USA cultivent l’idée que Huawei utilise sa technologie pour fournir des informations à la Chine, car le gouvernement est un soutien indéfectible de Huawei. L’activité de l’entreprise ne se limite pas à la création de smartphones et tablettes, elle fabrique aussi des outils de télécommunication, comme par exemple des routeurs 4G.

Cette branche de l’activité du groupe inquiète les Etats-Unis, puisqu’elle permettrait, selon eux, à Huawei d’infiltrer le réseau américain.

En août 2018, Donald Trump valide une loi de Défense proposée par le Sénat. Elle prévoit une interdiction aux organes du gouvernement américain et à ses partenaires de se fournir en équipement de chez Huawei. Une aide est même proposée aux entreprises souhaitant se mettre en conformité avec la loi.

Huawei a pour ambition d’être leader dans les infrastructures 5G. Cependant, plusieurs pays, pourraient refuser leurs services cédant à la crainte de l’utilisation de leurs données par la Chine.

9 téléphones sur 10 sont équipés du système d’exploitation Android de l’Américain Google. Huawei, sentant l’odeur de la poudre, protège ses arrières en développant son propre système d’exploitation en cas de problème avec les Etats Unis.

Cette issue semble inévitable tant, les offensives Américaines s’intensifient. À la mi-mai 2019, Donald Trump fait passer un décret présidentiel qui interdit à tous les opérateurs télécoms américaines d’utiliser les équipements réseaux d’entreprises étrangères potentiellement risqués. Le décret cible clairement les firmes chinoises. Le timing est très bon, car Huawei entre dans une phase clé du déploiement du réseau 5G. Trump évoque des soupçons d’espionnage de la part du gouvernement chinois, mais n’a pas fourni de preuves concrètes.

Surtout, que l’évolution de Huawei est impressionnante, la firme possède 17% de part de marché sur les smartphones derrière Samsung (21%) et devant Apple (12%) au premier trimestre 2019. La firme se fait de plus en plus de place.

Le 19 mai 2019 à la suite des pressions du gouvernement américain Google, Intel et d’autres géants américains ont résilié leurs contrats avec l’entreprise chinoise. Le numéro 2 mondial ne pourra donc pas bénéficier de l’écosystème Google et des puces américaines pour leur futur modèle. Les téléphones mobiles Huawei déjà en circulation continueront d’avoir accès aux services Google, mais ne bénéficieront plus des mises à jour de l’OS. Huawei s’est préparé à cette éventualité en développant son propre système d’exploitation et pourra techniquement se passer des services de Google. L’omniprésence de la firme américaine avec ses services tels que le Play Store, ainsi que Google Maps, Gmail, YouTube, pourrait freiner les consommateurs et les décourager d’acheter des téléphones Huawei.

L’entreprise a anticipé la situation, car elle possède des stocks de pièces pour produire ses téléphones pendant 12 mois. La décision du gouvernement américain a donc grandement affaibli Huawei qui risque de perdre l’attractivité de ses mobiles. Huawei va devoir faire front en remportant le plus de marché possible avec le développement de la 5G. De nombreux pays ne vont pas céder aux pressions américaines et faire appel à Huawei. Sans Huawei, la mise en place de la 5G en Europe pourrait être retardé de 18 mois et coûté 55 milliards d’euros de plus…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.