Insécurité à Paris : Mounir Mahjoubi propose le déploiement de 240 drones de protection.

Mounir Mahjoubi, ex-secrétaire d’Etat au numérique et candidat à la mairie de Paris aux municipales de 2020 prévoit, s’il est élu, de déployer des drones policiers dans tous les quartiers de la capitale afin de lutter contre l’insécurité

 

Analyse aérienne et sécurité publique

On ne pouvait en attendre moins de la part de celui qu’on surnommait « le geek du gouvernement ». Mounir Mahjoubi a dévoilé ce 28 avril dernier quelques mesures en terme de sécurité publique, s’il venait à être élu en tant que maire de Paris en 2020, et le moins que l’on puisse dire c’est que ses idées sont assez novatrices.

Pas moins de 240 drones de protection dans tout Paris, un par quartier, chacun équipé d’une caméra de surveillance. Ils seront commandés par des agents spécialement formés et qualifiés dans leur pilotage, et assisteront les policiers dans leurs interventions en cas d’incident. Bien évidemment, cela resterait un complément et non une substitution, les drones d’intervention ne remplaceront pas les forces de l’ordre en cas d’attaques ou d’incivilité dans les rues parisiennes, quoique, certains appareils outre atlantique ont déjà la capacité de lancer un filet.

Ces drones seront uniquement déployés lorsqu’une alerte sera donnée, ils ne seront pas constamment dans les airs à faire des rondes dans les quartiers assure le futur candidat, et heureusement d’ailleurs, la pollution sonore et atmosphérique étant déjà une des problématiques majeures, il ne faudrait pas que la pollution visuelle vienne s’y ajouter.

La sécurité à tout prix, mais à quel prix précisément ?

Outre les mises en garde qui lui ont été adressées en matière de libertés individuelles, ce à quoi Mounir Mahjoubi répondait qu’il ne fallait pas prendre peur : «  Il s’agit juste de se sentir en sécurité. Je crois qu’une société qui protège ses citoyens sans porter atteinte aux libertés individuelles est possible ». On peut, toutefois, se poser la question légitime quant à l’utilisation de ces drones en cas d’Etat d’Urgence, ou de manifestation par exemple…

Le financement de ce projet peut également être sujet à questionnement, les caisses de Paris étant déjà mises à mal suite à la stratégie budgétaire d’Anne Hidalgo, la maire actuelle, avec 7 milliards d’euros de dette depuis le début de son mandat.

Mounir Mahjoubi souhaiterait 8 à 12 agents par quartiers, présents 24/24h, donc environ 2000 agents, dont certains spécialement formés pour le pilotage des appareils, sans parler des coûts d’achats, d’entretiens, et/ou de remplacement. Un projet qui va donc chiffrer, et ce à 4 ans des Jeux Olympiques…

A propos de Aksel AKSOY

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.