Bulles de filtrage : quand les réseaux sociaux filtrent l’accès à l’information des internautes

 

 

Utopiquement, Internet représente une fenêtre ouverte sur le monde. Nous avons entre les mains un puit d’informations inépuisable, et ce sans aucune limite, ni frontière. Pourtant, un phénomène de restriction de l’information est observé : les bulles de filtre.

 

Qu’est ce qu’une bulle de filtre ? 

Cette théorie a été créée par Eli Pariser, dans son ouvrage « The Filter Bubble: What The Internet Is Hiding From You » publié en 2011.

Il s’agit pour les utilisateurs de moteurs de recherche et autres réseaux sociaux de n’être confrontés qu’à des contenus informationnels qui appuient leurs propres opinions.

 

Les algorithmes personnalisés au cœur du mécanisme

Les algorithmes sont communément utilisés sur Internet. Ils permettent de filtrer les informations les plus pertinentes qui seront fournies aux utilisateurs. Lorsque l’utilisateur navigue sur Google, Facebook, Netflix ou Amazon, ne sont proposés aux utilisateurs que des contenus correspondant à leurs goûts ou opinions supposés.

Au premier abord, cette personnalisation algorithmique est vertueuse : les contenus qui ne nous plaisent pas ou ne nous intéressent pas ne nous sont pas imposés.

Cependant, cela empêche les utilisateurs de se confronter à d’autres points de vue, d’autres visions du monde, provoquant un isolement idéologique.

Dans la continuité de la bulle de filtre, le terme de chambre d’écho a fait son apparition. Une opinion révélée est amplifiée par l’écho des autres au sein d’une bulle de filtrage. Cela provoquant par la même occasion la prolifération de “fake news”.

Ces techniques de personnalisation sont omniprésentes sur internet, et pour cause, elles ont un intérêt mercantile : vendre aux annonceurs l’attention des utilisateurs.

 

Des conséquences contestées

De fervents défenseurs de la théorie d’Eli Pariser voient en ces bulles de filtres des menaces pour la démocratie, puisque reposent sur elles des enjeux politiques majeurs.

Deux événements politiques marquants sont régulièrement utilisés pour illustrer les conséquences des bulles de filtre : l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis et le vote du Brexit en Angleterre. Ces deux votes n’avaient pas été pris au sérieux. Les individus n’ayant accès qu’à un contenu confirmant leur opinion, ils ne pouvaient se rendre compte que de nombreuses opinions diverses se manifestaient.

Cependant, d’autres voix s’élèvent pour minimiser le phénomène. L’accès à l’information des plus jeunes passe de plus en plus par Internet. Pourtant, la télévision reste le média traditionnel principal en matière d’information (étude menée par Reuters : 71 % des personnes interrogées s’informent par la télévision).

De surcroît, de nombreux biais cognitifs entrent également en jeu (classe sociale, éducation etc.) quant aux moyens de s’informer.

 

Comment lutter contre les bulles de filtrage ?

Tout d’abord, il est nécessaire que les utilisateurs prennent conscience des biais mis en place par les algorithmes, afin de réaliser que les informations délivrées sont sélectionnées pour le satisfaire.

Les utilisateurs peuvent également diversifier les moteurs de recherche qu’ils utilisent. De nouveaux acteurs fleurissent en la matière ces dernières années (Qwant, Ecosia etc.). Les algorithmes peuvent varier selon le moteur de recherche utilisé.

Des plateformes ont également vu le jour. Gobo est une plateforme qui agrège les médias sociaux (Facebook et Twitter) en proposant aux utilisateurs de contrôler les paramètres de filtrage des algorithmes. A titre d’exemple, un filtre « politique » rend possible le choix de points de vue proches ou éloignés.

Le journal « VICE » a quant à lui créé une plateforme permettant d’analyser les « likes » des utilisateurs : Like what you hate.  Ainsi, des contenus qu’il est susceptible de détester seront proposés afin de les liker, et que d’autres contenus similaires soient présentés par la suite. Cela a pour but de déséquilibrer l’algorithme Facebook, ce qui pousse l’utilisateur à réfléchir à d’autres points de vue que le sien et ainsi casser la bulle de filtre.

A propos de Vincente LECOMTE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.