UE : fin du géoblocage sur les sites de e-commerce

La commission européenne a mis fin au géoblocage pour les sites de e-commerce européen depuis l’entrée en vigueur de la norme le 3 décembre 2018.

 

La fin d’une discrimination territoriale et pécuniaire

Avant l’entrée en vigueur de cette norme, le consommateur européen était discriminé lors de ses achats sur le web à cause de sa géolocalisation. La localisation du consommateur pouvait soit bloquer l’accès au site internet, soit le rediriger vers le site internet du pays depuis lequel il se connectait. Au-delà de la discrimination territoriale, le consommateur subissait une nouvelle injustice de nature pécuniaire : les prix n’étaient pas les mêmes en fonction de la localisation. Le consommateur subissait une double discrimination du fait de sa localisation : l’interdiction d’accès au site et/ou une augmentation tarifaire.

 

Les bénéfices de l’ouverture des frontières numérique au sein de l’UE

La fin du géoblocage est bénéfique pour le consommateur tout comme pour le vendeur. Au premier abord, on pourrait penser que les vendeurs sont perdant car le panier d’achat d’un étranger ne rapporte pas plus d’argent que celui d’un consommateur local pour l’achat des mêmes produits. Les vendeurs doivent désormais proposer les mêmes prix et les mêmes conditions de vente aux consommateurs de l’UE sans discrimination.  L’ouverture des frontières numériques rapportera beaucoup plus d’argent qu’il n’en fera perdre au vendeur. En effet, elle lui permet d’agrandir la taille de son marché et ainsi enrichir son portefeuille client. C’est une entré en concurrence directe avec les autres vendeurs de l’union européenne.

Le climat concurrentiel profite aux consommateurs qui sont plus libres de choisir le lieu de leurs achats. Il réalise également une économie sur son panier d’achat puisqu’il ne se retrouve plus avec des frais supplémentaires.

 

La fin du géoblocage force -t- elle le vendeur à vendre sur le marché intérieur ?

L’accès au site de e-commerce n’assure pas au consommateur un achat en ligne. Bien que les frontières numériques sont abolies au sein du marché intérieur, les vendeurs n’ont pas l’obligation d’y faire circuler leurs marchandises ou services.  Le vendeur reste libre de choisir les pays qu’il souhaite livrer.

 

Pour plus de détails, je vous invite à cliquer sur ce lien

A propos de Mariame SALHI

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.