L’intelligence artificielle au service des espèces menacées (Partie 1)

Retour sur une des multiples fonctions de l’intelligence artificielle : la lutte pour la survie des espèces menacées. Que vous soyez de fervents adorateurs de nos amis les bêtes ou des nouvelles technologies, cet article est fait pour vous !

Rappel du contexte :

Selon la WWF, plus d’une espèce sur trois est menacée de disparition. Les causes sont multiples : destruction des habitats par la déforestation, pollution et changement climatique. Elles sont toutes directement engendrées par l’homme. A cela s’ajoute le braconnage, quatrième marché illégal au monde, juste derrière le trafic de stupéfiants, la traite d’êtres humains et la contrefaçon. Le Rapport Planète Vivante de 2018 indique que les populations sauvages animales ont déclinés de 60% durant ces 40 dernières années.

L’IA : un allié dans la lutte contre le braconnage

Des organisations s’efforcent de préserver ces espèces en mettant en place différents plans de sauvegarde. La WWF effectue notamment des opérations de repeuplement. Mais si le braconnage ne cesse pas, ces opérations resteront vaines. C’est à ce moment qu’intervient l’intelligence artificielle.

Optimisation des interventions des rangers grâce à l’IA :

Le programme PAWS, développé en Californie, (« Protection Assistant for Wildlife Security ») repose sur l’IA. Grâce à une base de données incluant les lieux dans lesquels des braconnages se sont déjà produits, le programme détermine les trajets d’intervention des patrouilles de rangers vers des lieux où les actes seraient susceptibles de se produire. En ciblant des lieux précis, l’IA devrait leur permettre d’être plus efficace puisque la probabilité est plus élevée de rencontrer les braconniers.

En outre l’IA modifie à chaque fois les trajets afin que les braconniers ne puissent pas anticiper les déplacements des rangers. Pour cela elle utilise l’apprentissage automatique. De nouvelles données sur le braconnage sont apportées permettant à la machine d’évoluer systématiquement.

Pour l’instant PAWS ne semble pas avoir permis d’effectuer des arrestations, notamment car le programme conseillait des itinéraires impraticables pour les rangers. Mais si cette méthode nécessite d’être améliorée, d’autres ont déjà pu faire leurs preuves.

Une méthode plus efficace : celle des drones “intelligents”

Seconde solution audacieuse : celles des drones, notamment pour sauver les espèces emblématiques telles que les éléphants et rhinocéros du Sud de l’Afrique.

Le programme Spot est capable de repérer des braconniers et d’alerter les rangers en moins d’une seconde ! Ces drones peuvent distinguer les animaux des hommes et ainsi transmettre les informations en temps réel aux rangers avant que les braconniers ne passent à l’offensive. Des milliers d’images ont été injectées dans le programme. À chaque image transmise on a indiqué à la machine s’il s’agissait d’un homme ou d’un animal jusqu’à ce qu’elle bénéficie d’une base de données assez fournie pour pouvoir distinguer les deux en toute autonomie. Le drone surveille les zones à risques de jour comme de nuit grâce à des caméras infrarouge. Les résultats du programme “Air Sheperd” ont jusqu’ici été très concluants : sur une zone géographique survolées par ces drones pendant 6 mois, le nombre de rhinocéros tués est passé de dix-neuf par mois à 0. Une petite victoire pour la planète.

Sources : WWF, programme PAWS, logiciel Spot

 

A suivre : L’intelligence artificielle au service des espèces menacées (Partie 2)

A propos de Camille VAUGARNY

Construite autour de valeurs sportives, déterminée et surtout passionnée par les NTIC, j'ai obtenu un Master 2 Droit de l'économie numérique après une spécialisation en Propriété intellectuelle. Le monde numérique, source intarissable de challenges d’envergure, est en mise à jour constante et je me passionne à identifier, comprendre et analyser ces nouveaux défis qu'ils soient techniques, juridiques ou sociétaux.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.