L’Union européenne aura recours à l’intelligence artificielle pour garder ses frontières

 

Le système de reconnaissance faciale pourra être installé dans les aéroports et sur autres installations stratégiques. Maintenant, le «détecteur de mensonge» iBorderCtrl est proposé pour aider les douaniers. Ce système d’intelligence artificielle est conçu pour détecter les mensonges parmi les personnes qui traversent les frontières voulant se rendre dans l’espace Schengen.

Chaque année, environ 700 millions de personnes pénètrent dans l’UE et ce nombre ne cesse de croître. Afin d’assurer la sécurité, des nouvelles technologies sont constamment introduites. L’iBorderCtrl fournit une solution unifiée visant à accélérer le passage des frontières extérieures de l’UE, tout en renforçant la sécurité et la confiance des contrôles.

L’Union européenne testera le système aux passages à niveau ferroviaires, piétonniers et de transport en Grèce, en Hongrie et en Lettonie. La période d’essai durera six mois et sera supervisée par la police nationale hongroise.
Avant de traverser la frontière, les voyageurs devront remplir une demande en ligne en téléchargeant des copies de leur photo, passeport et autres documents. Puis ils auront un entretien avec un douanier virtuel via une webcam. L’intelligence artificielle prendra en compte l’âge, l’origine ethnique et les caractéristiques de la langue maternelle. Le programme posera des questions sur la finalité du voyage, l’argent, le contenu de la valise, etc.

Enfin, par le biais d’une analyse d’expression faciale permettant de statuer sur la sincérité du demandeur, le programme donnera sa réponse. L’iBorderCtrl ne peut pas interdire le passage aux frontières, son objectif vise uniquement à trier le flux.
Lorsque les réponses seront jugées satisfaisantes, le voyageur reçoit la note appropriée dans le dossier et les procédures seront minimales. Dans le cas contraire, les douaniers effectueront un examen approfondi.

Le premier test d’iBorderCtrl a été réalisé en laboratoire: un groupe de 30 personnes a répondu aux mêmes questions, dont la moitié était chargée de mentir. Dans 76% des cas, le programme a pris la bonne décision avec une précision portée jusqu’à 85% selon les chercheurs. L’introduction d‘iBorderCtrl renforcera les contrôles de sécurité aux frontières extérieures de l’UE, facilitant ainsi le travail des gardes-frontières.

Compte tenu du fait que 700 millions de personnes se rendent dans l’UE chaque année, ce résidu de 15% peut créer d’éventuels problèmes ou retards supplémentaires au niveau des frontières. La pertinence de ce programme sera évaluée lors de sa mise en œuvre.

A propos de Nicoleta TEPORDEI

Étudiante en Master 2 Commerce Electronique

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.