Netflix et ses concurrents profitent aux téléchargements illégaux

 

Il semblerait que les téléchargements illégaux aient encore une belle vie devant eux. 

C’est ce que dévoile le nouveau rapport Global Internet Phenomena de Sandvine. Alors que l’on se félicitait d’une baisse importante des piratages de films et de séries sur Internet, les services de peer-to-peer BitTorrent retrouvent aujourd’hui un nouveau souffle.

Prenons comme exemple la zone Europe-Moyen-Orient. En 2015, seulement 21,08% de la bande passante montante (upload) était utilisée pour du téléchargement illégal. Aujourd’hui, il s’agit de 31% de cette bande passante montante (upload). Ainsi, environ un tiers des données sur Internet sont utilisées pour le téléchargement illégal de vidéos. Et ces chiffres sont sans doute inférieurs à la réalité tellement il est difficile de quantifier précisément le nombre de piratages, en raison des techniques utilisées pour déjouer la surveillance. 

 

Comment expliquer cette hausse ? 

Netflix représente aujourd’hui 15% de la bande passante descendante dans le monde (download), ce qui constitue un record pour un seul service. Et c’est ce qui pousse les différents créateurs de contenus vidéos à proposer leur propre offre sur Internet. 

 

Le lancement de Netflix a permis d’imaginer un idéal où seul un abonnement unique et peu cher aurait permis de visionner la grande majorité des films et des séries. Malheureusement, l’appât du gain et la concurrence ont fragmenté cette offre à travers différentes plateformes qui multiplient les contenus exclusifs pour attirer les consommateurs. Entre Netflix, HBO, Amazon Prime ou encore Hulu, l’internaute est donc aujourd’hui confronté à une multiplication des offres et des contrats d’exclusivité ce qui l’oblige à collectionner les abonnements. Ce qui était une révolution devient désillusion. 

« Cela revient très cher, donc ils s’abonnent à un ou deux services et piratent le reste » précise Cam Cullen, vice-président du marketing global de Sandvine. 

Et cette tendance au piratage risque de s’accentuer. On estime qu’en 2022, tous les grands diffuseurs auront leur propre plateforme de streaming, à commencer par Disney, qui prévoit son arrivée en 2019.

A propos de Cecilia DI PIETRO

Intéressée par les nouvelles technologies depuis mon enfance, j'ai actuellement une double casquette : marketing digital et droit des données personnelles. Ainsi, je souhaite aujourd'hui travailler dans le community management et le référencement SEO, tout en ayant conscience des problèmes de données personnelles. En vous souhaitant une bonne lecture !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.