Addict aux jeux vidéos ? Vous êtes désormais malade pour l’OMS !

Qui n’a jamais entendu « vas jouer dehors, il fait beau ! » alors qu’il était plongé dans une partie de jeux vidéo ? Sachez désormais que le fait de jouer de façon considérable aux jeux vidéo a été reconnu comme étant une maladie par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Explications.

Cette pathologie porte le nom de « gaming disorder » (« trouble du jeu vidéo » en français). Le 5 janvier 2018, l’OMS a publié un rapport dans lequel elle précise que cette addiction serait prochainement insérée dans la Classification Internationale des Maladies. Cette classification constitue la norme internationale de notification des maladies et des problèmes sanitaires. Il s’agit d’un référentiel utile aux chercheurs, qui leur permet de classer les maladies par catégories.

Mais alors qui peut être diagnostiqué comme étant atteint du trouble du jeu vidéo ? Il ne suffit pas que la personne passe quelques heures par semaine devant des jeux vidéo (même si cela n’a de cesse d’agacer les parents des plus jeunes). Le jeu doit en effet prendre une place prépondérante dans la vie de celui qui est concerné par cette addiction, au point d’impacter considérablement sa vie sociale, professionnelle, éducative et personnelle, ou d’altérer sa santé physique. Ce comportement doit être observé sur une période d’au moins douze mois afin d’être diagnostiqué comme étant un véritable trouble du jeu vidéo. Un mot existe donc enfin sur ce comportement souvent mal compris par les proches des personnes concernées par cette addiction.

A propos de Amandine CHARBONNEL

Etudiante au sein du Master 2 Droit de l'Economie Numérique, je porte un grand intérêt à la protection des données personnelles, aux problématiques de propriété intellectuelle liées au numérique et à la cybersécurité.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.