Une intelligence artificielle au service de l’art

 

Aujourd’hui, l’intelligence artificielle (IA) nous a envahis dans tous les domaines, que ce soit dans le monde du travail ou dans notre quotidien. Souvent critiquée, représentée comme future source de chaos de l’humanité, elle est l’une des principales sources d’inquiétudes du XXIème siècle. Néanmoins, certains ne sont pas aussi pessimistes et voient l’IA comme une nouvelle révolution technologique qu’il faut accueillir à bras ouverts, dont le seul objectif est d’être au service de l’homme et d’améliorer notre quotidien.

Cette vision ne fait pas de doute lorsqu’on apprend que des chercheurs ont mis au point une IA capable de détecter les contrefaçons en matière de peinture.

Traditionnellement, le contrôle de l’authenticité des peintures s’effectue au moyen de différentes méthodes comme la réflectographie à infrarouge, la lumière de Wood, la spectographie IR ou encore le microscope stéréoscopique.  Ces analyses scientifiques sont longues et coûteuses et doivent la plupart du temps être combinées afin de détecter les falsifications.

Il s’avère que l’IA n’a pas besoin de tout cela car désormais elle est capable de repérer un faux en analysant un seul coup de pinceau sur une peinture.

Selon quel procédé ?

Ce sont des chercheurs de l’Université Rutgers et de l’Atelier pour la restauration et la recherche de peintures aux Pays-Bas qui ont fait cette trouvaille.

Dans un premier temps, leur système a décomposé près de 300 œuvres de Picasso, Matisse et d’autres artistes célèbres en 80 000 coups de pinceaux différents tout en apprenant à adapter les traits de chaque coup de pinceau à l’artiste correspondant. En effet, chaque peintre a sa façon de peindre et d’appuyer sur son pinceau. Avec toutes ces données un réseau neuronal récurrent (RNN) a été formé.  Dans un second temps les chercheurs ont créé un algorithme capable d’analyser les coups de pinceau. La combinaison des deux procédés a permis d’identifier les artistes dans environ 80% des cas.

Les chercheurs ont ensuite demandé à des artistes confirmés de recréer les œuvres enregistrées. L’IA a correctement identifié les contrefaçons dans 100% des cas et à chaque fois sur la base d’un seul trait.

Pour le moment cette IA ne fonctionne que lorsque les coups de pinceau sont précis et n’arrive pas encore à détecter les contrefaçons sur les pièces où la peinture a été mélangée. Cependant, ces chercheurs souhaitent tester la méthode sur l’art impressionniste pour valider davantage leurs résultats.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *