Expérimenter un phénomène astrophysique par le son : une éclipse à portée des personnes aveugles

Il est des approches originales qui font grandir l’Humanité. À n’en pas douter, cette initiative en fait partie. Une équipe de chercheurs de l’Institut de technologie de l’État américain de la Géorgie a créé une composition musicale destinée à expérimenter l’éclipse totale du 21 août dernier, non pas par le sens de la vue, mais par celui de l’ouï.

Bruce Walker, un responsable du projet, l’affirme « toute personne a besoin d’accessibilité ». En France, rappelons que près de 3% de la population est concernée par un handicap visuel soit 1,7 million de personnes.

L’écoute du morceau peut être déroutante de prime abord, mais suit une logique et est adaptée à un autre mode de perception. Ce processus de sonification issu de la transformation de données d’observation permet de rendre un phénomène universel à la portée de toutes et tous.

La composition se décompose en plusieurs temps. Les hautes tonalités représentent la Lune et les basses le Soleil. Le reste des animations sonores font référence à la faune en mouvement au début et à la fin du phénomène. Cette musique se veut évolutive comme une chose vivante. L’éclipse est une « expérience émotionnelle pour beaucoup de gens » selon Avrosh Kumor, un autre scientifique de l’équipe.

Ainsi, la musique prend une tonalité inquiétante au fur et à mesure que le phénomène progresse, une façon de traduire ce que les gens ressentent quand l’obscurité se substitue à la lumière et que notre astre familier semble s’effacer.

Pour poursuivre et améliorer l’expérience, les chercheurs ont procédé à l’ajout de nouveaux sons via un algorithme musical et qui représentaient des éléments comme la température, la couverture nuageuse et autres des villes américaines traversées.

« La musique est la langue des émotions » comme l’exprimait adroitement Kant, l’observation d’une éclipse entremêle crainte et fascination. Les chercheurs y ont ajouté et redéfini la notion même de fraternité, rendant le cosmos universellement intelligible et tangible.

Pour en écouter un extrait, cliquez ici

A propos de Sélim-Alexandre ARRAD

Étudiant au sein du Master 2 – Droit de l’économie numérique, je suis juriste et politiste de formation. Mes centres d’intérêt recouvrent naturellement les domaines du numérique et des nouvelles technologies et en particulier les champs propres à la robotique, l’intelligence artificielle, la cybersécurité, la cryptologie dont les effets sur nos sociétés poussent à un constant renouvellement des rapports sociaux, juridiques, économiques et environnementaux chez les individus.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.