Améliorer sa R&D par le biais de l’Open innovation (partie 2)

La théorie développée par Henry Chesbrough porte donc sur une ouverture large du partage d’informations, mais concrètement comment appliquer l’Open innovation à son entreprise, par quels méthodes et outils ?

Appliquer l’Open innovation

Développer une politique d’Open innovation induit le besoin de créer une plateforme de partage et collecte des informations. L’ouverture de ces plateformes va permettre à l’entreprise d’améliorer la qualité de ses produits ou services existants ou futurs. Cela passe notamment par des API (interfaces de programmation) et la fourniture de « SDK » (kits de développement logiciel) pour documenter l’exploitation des APIs. Ainsi des tiers peuvent contribuer au développement de fonctionnalités que l’entreprise n’aurait pas forcément imaginé. C’est ainsi que de nombreux sites ou encore des logiciels ont pu voir le jour, grâce à la collaboration des différents utilisateurs du service.

On peut considérer que l’Open innovation va s’appliquer à 5 étages.

Niveau 1 : La collaboration en R&D :

La forme la plus basique : le partage de données technologiques et scientifiques entre entreprises et universités. Collaboration souvent réalisée sous la tutelle d’un pôle d’innovation ou depuis l’instauration d’un centre de recherches. Une collaboration souvent fermée qui se concentre davantage sur les avancées technologiques.

Seemy.com

Pour faciliter la communication entre les acteurs académiques et professionnels, la plate-forme d’innovation collaborative en mode SaaS est un outil qui peut être utilisé par l’entreprise. L’un des avantages principaux de l’intégration d’une telle solution est son utilisation nomade, accessible à distance.

Niveau 2 : Coopération des collaborateurs internes :

Cela regroupe les employés d’une même entreprise provenant chacun d’un département différent. On offre à de nouvelles unités de la société la possibilité de participer à l’innovation, sous la forme de création de nouveaux modèles économiques, services ou formes de marketing.

Un réseau social d’entreprise dédié à l’innovation collaborative est donc parfait pour des communications unifiées. Un tel outil permettra à l’entreprise d’être plus efficace, inutile de réaliser des réunions, les salariés peuvent communiquer directement via cette plateforme.

 

Grâce à une plateforme d’idéation, les employés peuvent partager des idées spontanément, pour ainsi réagir et enrichir des idées garanties en termes de qualité. En outre, un système de vote permet d’animer les échanges et de mettre en valeur les meilleures idées. On pourra via ce réseau d’entreprise lancer des challenges au sein de l’entreprise et permettre de mobiliser les salariés sur une thématique commune, tout en renforçant la cohésion et le sentiment d’appartenance.

Avec une application de ce type, le risque de dispersion ou de déperdition d’information est forcément réduit : l’information est centralisée, ce qui simplifie le management du projet d’innovation.

Niveau 3 : Impliquer les clients et partenaires externes :

Collecter des feedback et retours de ses clients et fournisseurs de façon transparente.

Ce moyen est le plus performant et le plus adéquat pour la réussite de ce niveau d’open innovation. Cela garantie de récupérer toutes les données remontées par l’utilisateur final ou les clients intermédiaires en toute sécurité.

Il est ainsi possible d’engager ses clients et fournisseurs dans le processus d’innovation via la même plateforme d’idéation qu’au niveau précédent, en paramétrant des niveaux de confidentialité adaptés à chacun pour conserver le contrôle des données de l’entreprise.

Niveau 4 : Les communautés d’idées :

Dans ce cas, l’innovation se fait dans un cadre beaucoup moins structuré et réglementé que les pôles de compétitivité ou des cellules de R&D. Les communautés d’innovation ne se forment plus uniquement sur des critères établis (géographiques, disciplinaires, culturels, etc.), mais plutôt de manière ponctuelle et spontanée.

On parle d’Idea Market pour se référer à ce type d’espace d’échange d’idées qui répondent à un appel ou à une nécessité d’imaginer des solutions neuves à un problème défini, et souvent sans un agenda prédéterminé.

Niveau 5 : L’innovation collaborative publique (Crowdsourcing) :

L’entreprise ouvre sa réflexion en termes d’innovation au grand public. Une innovation participative qui à la différence des 4 autres niveaux ne restreint pas l’imagination et le partage d’idées à un groupe plus ou moins élargi. On vise le grand public dans son ensemble : professionnels, amateurs, connaisseurs, novices. Ce degré d’open innovation est le plus global et peut se faire par le biais des réseaux sociaux classiques, encadré par un community management, des sites spécialisés en crowdsourcing ou des sites web dédiés.

 

Exemples d’évènements centrés sur l’Open innovation :

  • Hackathon : C’est un marathon du travail, sans interruption de personnes professionnelles ou non sur un sujet donné et une période allant de 24h à 72h. Pour une entreprise organiser un hackathon est un moyen de sortir des schémas d’innovation classiques connus. Le format de ce type d’évènement permet de s’affranchir du temps d’études et d’analyse de projet et d’aller ainsi droit au but : la CONCEPTION. Cela favorise la collaboration spontanée de l’open innovation.

 

  • Startup Week-ends: Durant cet évènement public, des individus se réunissent pour former un groupe et proposer un projet de création de startup. Chaque équipe doit présenter son projet et dispose de 54h pour créer un « business model » d’une startup imaginée lors du weekend. Le but est pour les futures startup de bénéficier d’aides financières mais aussi pour certains de gagner en notoriété.

 

  • Challenges: Ils sont internes ou externes à l’entreprise. Il est possible pour motiver en interne les salariés et les faire participer au processus d’innovation de créer un challenge avec un objectif fixé et une récompense (souvent financière) de créer un challenge. Ces challenges peuvent aussi être le fruit de partenariat, les grands groupes cherchant à se rapprocher des startups pour collaborer avec elles.

 

Avantages et Inconvénients

Tableau récapitulatif des avantages et inconvénients que peuvent entraîner l’Open innovation.

Avantages

Inconvénients

•       Amélioration d’un produit

 

•       Développement de nouveaux produits

 

•       Résolution des problèmes

 

•       Techniques à un stade précoce

 

•       Accession à de nouvelles technologies

 

•       Réduction du temps d’accès au marché

 

•       Rapprochement au consommateur

 

•       Obtention d’une relation à long terme et acquisition d’une réputation auprès des partenaires

 

•       Rapidité : accélération du processus et diminution des délais

 

•       Problèmes de confidentialité

 

•       Fuite d’informations

 

•       Ouvrir l’information à la concurrence

 

•       Possibilité d’informations fausses

 

•       Risque de conflit entre entreprises

 

•       Certaines industries très fermées à l’open innovation (pharmaceutique, militaire)

 

 

Pour plus d’informations vous pouvez cliquer ici et .

A propos de Jassin SKRIJELJ

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.