Yandex, le puissant concurrent de Google dans les pays russophones, construit sa propre voiture autonome.

Avec le développement des innovations dans les différents domaines d’activité de Yandex, la Russie peut désormais concurrencer les géants américains du numérique et notamment acquérir une autonomie industrielle par rapport aux Etats-Unis dans les nouvelles technologies tant convoitée. En effet, le meilleur exemple de ce phénomène est la construction par le moteur de recherche russe, Yandex, de sa propre voiture autonome.

Yandex (NASDAQ :YNDX), solidement implanté au sein de son marché national, est une société de technologie qui fournit des services en ligne centrés sur l’utilisateur et basés sur l’intelligence artificielle. Aujourd’hui, Yandex (en russe : Яндекс) est un véritable géant russe de la recherche Web, le plus utilisé par les russophones et susceptible de proposer le même arsenal de services en ligne que Google. Et si, depuis sa création, le 23 septembre 1997, Yandex résiste à Google, c’est avant tout grâce à l’efficacité de son modèle d’affaire et à la croissance du nombre d’internautes en Russie et dans les pays de l’ex-URSS.

Ainsi, la société Yandex, qui avait déjà présenté un bus autonome par le passé, le 30 mai 2017 a publié sur YouTube une vidéo montrant les capacités d’un prototype de voiture sans conducteur. L’automobile en question est une Toyota Prius V équipée de la technologie conçue par Yandex.Taxi, le service de VTC russe équivalent d’Uber. Elle peut prendre des décisions au sein d’environnements ou de situations complexes (l’embouteillage de la circulation automobile, la recherche des places de parking libres) et sait identifier un obstacle et le contourner (notamment les autres automobiles et les piétons), s’arrêter et reprendre le voyage en cas de nécessité.

Par ailleurs, Yandex entend atteindre un degré d’autonomie de niveau 5 dans le secteur automobile, ce qui signifie qu’il n’y a plus la moindre intervention humaine pour diriger le véhicule. La voiture est donc complètement autonome et le logiciel de celle-ci comprend la navigation, la géolocalisation ainsi que les technologies de vision numérique et d’apprentissage automatique utilisées par les services géo-informatiques de Yandex, telles que Yandex.Maps et Yandex.Navigator. En revanche, la voiture n’est pas encore testée en conditions réelles et les premières expériences sur de véritables routes sont fixées à 2018.

A propos de Marta TATLIAN

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website stores some user agent data. These data are used to provide a more personalized experience and to track your whereabouts around our website in compliance with the European General Data Protection Regulation. If you decide to opt-out of any future tracking, a cookie will be set up in your browser to remember this choice for one year. I Agree, Deny
768