Le streaming dans l’industrie musicale : une révolution destructrice de valeur

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

Le streaming dans l’industrie musicale est accueilli aussi bien favorablement que défavorablement. En effet, il rémunère moins que dans l’ère du physique mais il permet à l’industrie musicale de tenir.

Transformation du modèle économique du secteur de la musique. Le streaming affaiblit le piratage dans le monde puisqu’on écoute de la musique sur des plateformes. Mais, pour Pascal Nègre, ancien PDG d’Universal Music France, l’avenir de la musique ne sera jamais dans le streaming gratuit.

Ventes numériques VS ventes physiquesLes ventes numériques représentent pour le moment 47,5% du marché dans l’industrie musicale contre 52,5 % pour les ventes physiques en 2016. On remarque une hausse de 4,8 points et une baisse de 4,8 points respectivement par rapport à 2015.

march-musique-enregistre-9-mois-2016-1-638

Le streaming, destructeur de valeur. Cependant, il faut souligner le fait que ce nouveau mode de consommation numérique (et plus particulièrement le streaming) est destructeur de valeurSi on compare les revenus de l’industrie de la musique dans le monde avant le numérique et après le numérique, on remarque que les revenus sont moindres après. Selon des spécialistes, le CD disparaîtrait d’ici 2025.

Millennials, boosters de revenus. Les utilisateurs des plateformes de streaming musical sont plutôt des millennials. Par conséquent, les artistes appréciés par un public jeune verront certes une différence financière avec les ventes physiques de leurs albums, mais elle sera moindre comparée aux artistes ayant un public plus âgé qui utilise peu ce type de plateformes de streaming musical. Les revenus de l’industrie musicale sont en baisse mais la part du numérique est en hausse.

L’évolution de la musique (schéma).

Usage du CD –> Piratage à Téléchargement –> Streaming gratuit –> Streaming par abonnement.

Le streaming : Révolution ? La rémunération des artistes continue de se faire via les acteurs traditionnels que sont les majors et les sociétés en noms collectifs.

Source :

A propos de Cindy R.

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *