La vente de biens numériques invendables : l’exemple de CS : GO

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

Avec les avancées technologiques, de nouveaux biens dont les biens numériques apparaissent chaque jour. Ils consistent en des biens traditionnels comme des films ou des musiques mais contenus dans un fichier numérique libre ou non échangeable. Souvent la revente de biens numériques est difficile en raison de la possibilité de copie infinie. Toutefois, un cas sort de l’ordinaire et permet de convertir des biens numériques en devise légale : la vente de cosmétiques (« skins ») dans les jeux vidéo et ce notamment dans le jeu Counter-Strike Global Offensive.

Coffres, clés et cosmétiques

Dans ce jeu de tir à la première personne (FPS pour First Person Shooter), le joueur peut obtenir des boîtes contenant divers cosmétiques comme des colorations de gants, des couteaux de différentes formes ou encore des armes avec des graffiti. Certains de ces objets peuvent être limités dans le temps, ce qui augmente leur rareté. De cette rareté découlent leurs prix : certains arrivent à se revendre à plus de 1000 euros. Cependant, la plupart du temps, les jeux de ce type ne permettent pas la revente de ces biens numériques. L’argent mis sur Steam, la plateforme de Valve, reste sur Steam.

Toutefois, la plateforme permet l’échange de biens numériques. La possibilité d’échanger est le facteur principal qui explique la croissance de CS : GO. Selon le site Internet Bloomberg, le jeu a vu son nombre de joueurs croitre de 1500% après l’introduction du système d’échange.

Echange et reventes des cosmétiques

Pour contourner ce système d’échange et pouvoir convertir les cosmétiques en devise légale, certains sites Internet tiers proposent le rachat de cosmétiques. Ce type de site Internet est en constante augmentation mais les plus connus restent Hellcase, CaseRandom et OpenCSGO. Le principe est simple : ces derniers proposent de racheter les armes, couteaux, gants à un prix inférieur que celui proposé sur la plateforme Steam. Le joueur va ensuite se voir proposer un échange à titre gratuit entre lui et un compte créé par le site Internet. Après échange, le site va ensuite virer l’argent sur le compte du joueur via un prestataire tel que Paypal.

Prix de l’AWP Dragon Lore (Source : CSGOStash)

 

Ces sites vont ensuite dégager une plus-value en revendant les skins achetés à un prix inférieur au marché Steam mais à un prix supérieur au prix d’achat. Ils vont effectuer une manipulation semblable : le joueur paye la plateforme ; après confirmation du paiement, le compte Steam de la plateforme propose ensuite un échange à titre gratuit.

 

Jeux de hasard et jeux d’argent

Certains joueurs n’hésitent pas à réinvestir l’argent gagné à l’aide de la revente de cosmétiques. En effet, au lieu de passer par un site tiers pour retirer une monnaie légale, le joueur peut essayer de revendre ses biens contre des clés. Ces derniers permettent d’ouvrir les coffres qui contiennent les cosmétiques. Cet investissement peut s’avérer fructueux mais comme tout jeu de hasard, le casino est toujours gagnant.

Loteries sous forme de coffres à ouvrir (Source : Hellcase)

 

D’autres sites proposent, en plus des services d’achats/reventes, de vraies loteries. En ouvrant des coffres moyennant finances. Avec le skin obtenu, le joueur peut soit garder le cosmétique, soit le vendre et retirer l’argent soit réinvestir et relancer des coffres. Ce type de manœuvre joue sur la psychologie des joueurs et ressemble énormément aux pratiques de casinos. Pourtant, ce type de site Internet n’est aucunement régulé et mérite que le gouvernement s’attarde dessus.

A propos de François REN

Etudiant en Master 2 Droit de l'Economie Numérique et titulaire d'un Master 1 Droit des affaires, je suis passionné par les nouvelles technologies et les jeux vidéos.

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *