Le nouveau retail

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0

Le fondateur de groupe Alibaba, Jack Ma, a créé un concept de nouveau retail en octobre 2016.
Il a dit que « Pure e-commerce « will be reduced to a traditional business and replaces by the concept of New Retail―the integration of online, offline, logistics and data across a single value chain ». Il pense que les grandes plateformes d’e-commerce n’ont plus le monopole et que tout le monde pourrait créer sa propre plateforme d’e-commerce. Aujourd’hui la plupart de e-commerçants sont enregistrés dans les grandes plateformes tels que Amazon, Alibaba, Tobao, eBay etc dans lesquelles ils se partagent les clients, et en tire donc des profits minimes.

En général, le retail se compose de trois éléments : place (plateforme), marchandise (ou service) et personne (ou organisation). On produit des marchandises, on cherche la meilleure plateforme, et on les vend. Une plateforme qui est capable d’attirer le trafic des clients est le point clé pour le retail.
Dans l’ère numérique, du PC au smartphone, les plateformes ne se limitent plus aux places physiques, il y a beaucoup de plateformes virtuelles. Dans ce contexte, le nouveau retail doit être fondé sur les données des clients qui sont collectées par les technologies high-techs comme l’intelligence artificielle, le sans-contact, le cloud etc. À l’aide de ces données, les commerçants peuvent mieux comprendre le comportement, les besoins et l’attente des consommateurs afin d‘optimiser les produits et services.

Par exemple, si on cherche une console PS4 de Sony dans l ‘application de Taobao, on visualisera une page détaillée sur la PS4. Lorsque l’on va ouvrir l’application à la prochaine connexion, si le désir d’achat est fort, on va probablement acheter la console chez  Taobao, recommandé par la page d’information généraliste. Les données client sont enregistrées et analysées par Taobao, le client obtient donc un meilleur service et une meilleure expérience d’achat. D’autres exemples comme Carrefour, Renault, Uniqlo, Axa Banque ont adopté le robot Pepper de Softbank Robotics pour le déployer en magasin. Les retailers cherchent, grâce à ces automates, à apporter de nouveaux services personnalisés à leurs clients et à récupérer davantage de données.

« Le retail est clairement le marché où l’adoption [des robots] est la plus rapide, sans doute parce que le ROI est le plus important », note Nicolas Boudot, le directeur des ventes pour l’Europe de SoftBank Robotics. « Sur les 2 000 entreprises dans le monde qui ont adopté Pepper, une large majorité sont des retailers », affirme-t-il.

A propos de Lidan WAN

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *