Règlement Général sur la protection des données personnelles : où en sont les entreprises ?

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook1Share on Google+0Share on LinkedIn0

Le Règlement Général sur la protection des données personnelles va permettre de contraindre les entreprises européennes à mieux assurer la protection des données personnelles par des systèmes fiables permettant de garantir la sécurité des systèmes d’information.

A un an de la mise en application du RGPD, une étude réalisée par le cabinet Vanson Bourne a révélé que 43% des entreprises françaises disposent d’un plan complet de préparation au Règlement Général sur la protection des données personnelles.

Les entreprises françaises obtiennent un des meilleurs résultats, cela s’explique par le fait que ces entreprises s’estiment correctement informées sur le sujet, en effet c’est le cas pour 87% d’entre elles.
Les américains se distinguent eux aussi, leurs entreprises détenant des données personnelles de clients européens, ils doivent se mettre à jour de ce nouveau règlement. L’étude fait apparaitre que 60% des entreprises américaines ont mis en place un plan détaillé et s’estiment elles aussi bien informées.

Le problème principal rencontré par ces entreprises et qui les freinent actuellement est la complexité des systèmes informatiques. Une minorité ne parvient pas à localiser facilement les données des clients. Elles ont besoin de systèmes automatisés plus faciles d’utilisation.

D’un autre côté, le cabinet Gartner prévoit qu’à la fin de l’année 2018, année de la mise en vigueur du règlement, plus de 50% des entreprises concernées ne seront pas totalement conformes aux exigences du RGPD.

Le volume des données circulant quotidiennement est de plus en plus élevé. En 2020 des prévisions estiment que 40 zettaoctets de données seront stockées dans le monde. La raison de cette multiplication ? Les smartphones, les chatbots, les objets connectés, le web, les applications… en un mot la dématérialisation de toutes les informations. Mais aussi la reconnaissance faciale, vocale, rétinienne, par empreinte digitale. Toutes ces innovations obligent à créer un cadre légal important pour éviter les dérives.
Les entreprises doivent comprendre, si ce n’est pas déjà le cas, que le traitement des données personnelles est un enjeu de taille.

A propos de Marion DRAPPER

Etudiante en Master 2 Droit de l’économie numérique à l’Université de Strasbourg. Passionnée de musique, de cinéma et de numérique, je m’intéresse particulièrement à la protection des données personnelles mais également à la propriété intellectuelle.

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook1Share on Google+0Share on LinkedIn0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *