Les risques principaux du paiement en ligne (partie 2)

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

Outre que les risques opérationnels qui ont été présentés en première partie, les risques financiers systémiques et les risques de crédit sont aussi une grande partie des risques en ligne.

En général, les opérations du paiement électronique sont effectuées par un ordinateur qui fonctionne avec un logiciel systémique. Si ce logiciel n’est pas compatible avec le système d’un client ou bien s’il est tombé en panne, cela donne une possibilité d’un ralentissement ou pire d’une suspension des informations.
En outre, il existe aussi des facteurs incertains tels que la défaillance du système ou la détérioration du RAID (Redundant Array of Independent Disks) qui peuvent provoquer un risque financier systémique. Les dégâts causés par la défaillance du système de l’ordinateur sont différents dans les secteurs divers. Ils portent un impact très grave à la finance. En effet, le fonctionnement sécurisé du système d’informations devient aujourd’hui la sauvegarde pour la sécurité systémique du paiement en ligne.
Du fait des besoins de la technologie hautement spécialisée, en considérant de réduire le coût d’exploitation à la fois, les institutions financières doivent souvent compter sur un service de soutien technique externe pour résoudre les problèmes techniques internes ou les problèmes de gestion. Généralement, les institutions financières recrutent des experts pour soutenir ou diriger directement le fonctionnement de diverses activités commerciales en ligne. Néanmoins, les supports externes ne sont pas toujours capables de résoudre tous les problèmes. Ils peuvent mettre fin au service à cause des difficultés financières. Donc, c’est très important de choisir un support externe capable. Un mauvais choix peut conduire à un risque très grave.

Le risque de crédit est un risque de pertes financières encouru par un créancier en cas de non-respect du débiteur et de ses engagements de paiement d’intérêts ou de remboursement de la dette contractée.
Le paiement électronique élargit des services financiers dans une façon différente que la finance traditionnelle. Il a formé une percée de la restriction de frontières géographiques grâce à son caractère particulier de service virtuel. Il exige que la structure de crédit soit plus raisonnable et plus exigeante à l’égard des transactions financières. En raison d’un défaut du système de garantie de crédit, il y a eu diverses transactions rossardes en ligne à l’heure actuelle.

L’économie de marché ne peut pas se faire sans crédit, le crédit permet de réduire les coûts de transaction de marché. Seulement lorsque ces deux parties croient l’une dans l’autre, cette transaction peut être réalisée. Comme ça, ils n’ont pas besoin de traiter face à face afin de faire une transaction réussie. Le troc est le cas plus typique dans le manque de crédit entre les deux parties. Il augmente non seulement les coûts de transaction, mais aussi restreint la taille de la transaction et la met dans un cadre très limité.

D’ailleurs, le paiement électronique en ligne pourrait devenir un outil pour transférer ou encaisser illégalement le capital qui va causer aussi le risque financier. Par exemple : un client effectue un achat fictif en ligne qui est payé par une carte de crédit. Lors de ce montant d’achat versé au compte de la plateforme de paiement en ligne, il annulera cette commande et retirera cette somme d’argent au compte courant. Dans ce cas-là, cette somme d’argent est disponible quand le client veut la retirer par la banque ou faire un autre achat dans des magasins physiques.

 

Source : ici et

A propos de Di WU

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *