Blue Ocean Awards 2016 – Partie 1 : Pourquoi de la créativité et de l’innovation dans les entreprises ?

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

Logo Blue Ocean Award 2016

Le 30 novembre 2016 a eu lieu la 3ème édition des Blue Ocean Awards au Ministère des Finances de Bercy. Cet événement récompense les PME françaises qui ont réussi à faire naître un nouveau marché, se défaire de la concurrence et trouver de nouveaux clients en appliquant la « stratégie océan bleu » prônée par le best-seller éponyme. Un atoll qui crée des vagues sur-mesure, des potagers sur les toits, des prédictions grâce aux données plus justes que les instituts de sondages… Voilà quelques idées récompensées cette année et que des étudiants de grandes écoles ont tenté d’imiter lors d’un hackaton.

La stratégie océan bleu, c’est quoi ?

Renée MAUBORGNE

Renée MAUBORGNE intervient durant la cérémonie des Blue Ocean Awards 2016

Publié en 2005 par deux enseignants à l’INSEAD, Renée MAUBORGNE et W. CHAN KIM, « Blue Ocean Strategy » est un livre vendu à 3,6 millions d’exemplaires dans 44 langues différentes. Outre des outils permettant de mieux situer son entreprise dans l’environnement de son secteur d’activité, ce livre donne des pistes concrètes ainsi qu’une méthodologie pour effectuer un « saut de valeur » : concevoir un nouveau produit ou service répondant aux besoins de consommateurs délaissés par leur secteur d’activité. Cette stratégie s’appuie surtout sur la création ou l’accentuation d’éléments clés du produit ou service au détriment d’autres qui seront éliminés ou réduits. Les exemples les plus connus sont Apple avec l’I-Pod et l’I-Phone, le Cirque du Soleil, Nintendo avec la Wii, mais de grandes entreprises françaises s’en sont également servies.

Un exemple de la stratégie océan bleu : SEB

La première partie de la journée a été animée par Marc BEAUVOIS – COLADON, expert de cette stratégie de « divergence » au sein du cabinet AXESSIO. Celui-ci a accompagné SEB dans la création de l’Actifry en 2006. Alors que le marché des friteuses était particulièrement atone (caractéristique d’un « océan rouge »), cette friteuse sans huile a été un succès commercial malgré un prix 50% plus élevé que la moyenne !

Marc Beauvois Coladon

Marc BEAUVOIS COLADON, Expert Stratégie Océan Bleu (Photo : A. CARAMELLI-JOURET)

Comme l’illustre l’exemple de SEB, cette stratégie d’innovation permet surtout de distancer ses concurrents quand la domination par les coûts ou l’hypersegmentation n’est pas suffisante !

La matrice Océan bleu de l’Actifry de SEB selon M. BEAUVOIS – COLADON
Eliminer Réduire

Egouttage des frites
Perte de l’huile jetée
Réglage de thermostat

Quantité d’huile
Mauvaise diététique
Quantité cuite

Augmenter Créer
Sécurité
Polyvalence
Nettoyage simple
Utilisation d’huiles variées

 

Survivre à la demande d’innovation toujours plus pressante

La stratégie océan bleu est particulièrement adaptée aux grandes structures confrontées à une concurrence intense et qui ont des difficultés à se renouveler. A l’heure où les cycles de vie des produits s’accélèrent et que la « disruption » par les jeunes pousses du digital peut mettre en péril l’activité même de l’entreprise, l’innovation n’a jamais été aussi importante ! C’est pourquoi de grandes entreprises comme Samsung, Walmart, Wolkswagen, BMW, en tiennent compte dans leur stratégie d’entreprise et ouvrent des centres d’innovations pour comprendre les besoins actuels et futurs des consommateurs.

Type de centres d'innovations

Type de centres d’innovations

Selon une étude de Cap Gemini et Altimeter de 2015,  seul 38% des 200 plus grandes entreprises mondiales ont mis en place des centres d’innovation au lieu de la R&D traditionnelle. Cinq secteurs sont particulièrement en avance : la production industrielle, les télécommunications, l’automobile, les produits de consommations et la vente et enfin la finance.

Sujets principaux de recherche des centres d'innovation

Sujets principaux de recherche des centres d’innovation

Avec seulement 9 grands centres d’innovation, la France accuse un retard de taille face aux Etats-Unis et ses 53 centres rien que dans la Silicon Valley. Seule l’Europe toute entière détient autant de centres que les USA (29%) alors que l’Asie est légèrement en retrait (25%).

Carte des plus grands centres d'innovation dans le monde. Ils ne représente que 35% du total

Carte des plus grands centres d’innovation dans le monde (35% du total des centres). Source : Capgemini Consulting / Altimeter Analysis

Cependant, ces recherches en innovations sont extrêmement coûteuses et beaucoup de projets innovants ne verront peut-être jamais le jour ou ne rencontreront pas le succès escompté. Par exemple, un des risques majeurs de ces innovations est l’échec de la conduite du changement au sein de l’entreprise.

La stratégie océan bleu répond à ces problématiques, mais n’indique pas comment détecter les talents créatifs et entrepreneuriaux indispensables à ces centres d’innovations. C’est que nous aborderons dans un deuxième article.

 

A propos de Arnaud CARAMELLI-JOURET

Etudiant du Master 2 Commerce Electronique et stagiaire Business Developer chez Atsukè pour le ticket de transport en commun par SMS.

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedIn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *