Une puissante cyber-attaque affecte de grandes banques russes

La tendance mondiale en matière de cybermenaces n’est pas à la baisse, bien au contraire. Selon un rapport pour le deuxième trimestre 2016, la firme Verisign indique que les services financiers sont à la deuxième place dans la liste des secteurs les plus touchés, avec 23% des cyber-attaques. Un nombre qui, le 8 novembre 2016, s’est traduit dans la réalité pour de nombreuses banques russes de premier plan.

Que s’est-il passé ? D’où proviennent ces attaques ?

Le coupable porte un nom : BackDoor.IRC. Medusa.1, un cheval de Troie ayant servi de support à une attaque de type DDoS.
Pour rappel, le principe consiste ici à perturber l’utilisation d’un service en surchargeant le réseau par un nombre soudain de connexions et in fine ralentir, voire stopper le fonctionnement du serveur.
En outre, selon l’entreprise de sécurité informatique Kaspersky, cette méthode a permis l’utilisation des botnets, des ordinateurs tiers infectés par Medusa.1, pour lancer près de 660 000 requêtes par seconde via près de 24 000 machines disséminées dans près d’une trentaine de pays et majoritairement aux États-Unis, en Inde, à Taïwan ou encore en Israël.

Quelles victimes ? Quelles perspectives ?

            Parmi les grandes banques russes touchées nous pourrons citer la Rosbank, Roseximbank ou encore la Sberbank, la principale banque publique russe.
Cette dernière a déjà fait l’objet de près de 70 cyber-attaques depuis début 2016 selon Stanislav Kouznetsov, responsable auprès de ladite institution financière.  Néanmoins, la majorité des banques victimes de ces attaques a indiqué qu’aucune conséquence néfaste n’est à mettre au préjudice des clients.

Pour autant, d’autant plus avec la forte croissance des banques en ligne, ce type d’attaques pose la question de la confiance entre les clients et leurs banques quant à la protection de leurs données personnelles et leur argent.
Un enjeu économique majeur qui pousse les banques à tripler leur budget en e-sécurité d’ici l’horizon 2020.

 

A propos de Marta TATLIAN

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. David dit :

    Sacrée nouvelle! Maintenant la sécurité des données bancaires ainsi que les argents sont remises en cause à cause de tous ces attaques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.