Quand le sport rejoint l’e-sport

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0

Depuis le début de l’année, de nombreux acteurs du domaine sportif traditionnel investissent des milliers d’euros dans l’e-sport. Est-ce que jouer à des jeux vidéo fera de vous un sportif à part entière ?

Le Paris Saint-Germain, Schalke04, Shaquille O’Neal, Magic Johnson … Ce sont sûrement des noms dont vous avez déjà entendu parler dans l’univers sportif traditionnel (Football, Basketball …). Fnatic, Team Liquid, NRG e-Sports sont des noms qui vous sont sûrement inconnus si vous ne vous intéressez pas aux jeux vidéo en ligne.

Cependant, vous pourrez bientôt voir ces noms s’affronter dans le domaine e-sportif. En effet, des anciens membres de la NBA, des grands noms du football commencent à investir dans des équipes de sport électronique, notamment pour des jeux vidéo tels que League of Legends, FIFA et Counter-Strike.

L’essor de l’e-sport

Ce basculement du sport vers l’e-sport a commencé en 2015. Le FC Schalke04, club de football allemand, a tout d’abord fondé sa propre équipe. L’écurie NRG eSports a ensuite été fondée par Shaquille O’Neal et les copropriétaires de l’équipe NBA des Sacramento Kings. Celle-ci a d’ores et déjà joué dans la ligue professionnelle de différents jeux tels que League of Legends, CS:GO, Hearthstone etc. Rick Fox, autre star de la NBA a également fondé sa propre équipe sous le nom d’Echo Fox et on a déjà pu voir ces deux équipes s’affronter.

Pour consolider cette intégration, ESPN, le réseau de télévision américain centré sur le sport a même mis en place une section dédiée aux e-sports sur son site Internet depuis le début de cette année. On peut y retrouver notamment des articles mais aussi des retransmissions en direct de matchs sur différents jeux.

Récemment, l’équipe Team Liquid, réputée dans le domaine, a été rachetée par Axiomatic, un groupe d’investisseurs composé notamment de Peter Gruber (Golden State Warriors), Ted Leonsis (Washington Capitals/Wizards), ou encore le célèbre Magic Johnson.

Avec cet intérêt grandissant du sport traditionnel américain à investir dans l’e-sport, d’autres acteurs européens ont suivi le mouvement. En France par exemple, le Paris Saint-Germain vient d’effectuer un partenariat avec Webedia, lui permettant ainsi d’utiliser sa marque pour créer une équipe League of Legends. Cette section esports vient d’ailleurs de recruter Bora « YellOwStaR » Kim, l’un des meilleurs joueurs de League of Legends au monde. S’ajoute à cela le recrutement du Danois August “Agge” Rosenmeier, double champion du monde de FIFA et du Français Lucas “Daxe” Cuillerier.

Réel investissement ou effet de mode ?

La question que se posent la plupart des acteurs e-sportifs est de savoir si l’investissement est réel et à long terme ou non. En effet, certains s’interrogent quant à un éventuel effet de mode, ils s’inquiètent du fait qu’autant d’acteurs investissent dans le sport électronique et qu’ils abandonneront cette idée dès qu’ils se rendront compte que ces équipes ne sont pas rentables.

Pour l’instant, malgré l’échec des équipes Echo Fox et FC Schalke 04 dans la ligue américaine et européenne de League of Legends, aucune d’elle n’a été dissoute.

Quant à l’équipe du PSG, elle devra passer par la scène semi-professionnelle avant de pouvoir intégrer la cour des grands.

Jusqu’aux Jeux Olympiques de 2020 ?

Le Comité olympique envisage actuellement d’ajouter deux nouvelles disciplines aux Jeux Olympiques de 2020 : League of Legends et Starcraft II, deux des jeux les plus populaires en matière e-sportive. Si jamais cette idée aboutissait, ce serait un facteur de reconnaissance très important pour la scène.

Bientôt une rencontre PSG-S04 sur le jeu League of Legends aux Jeux Olympiques ?

A propos de François REN

Etudiant en Master 2 Droit de l’Economie Numérique et titulaire d’un Master 1 Droit des affaires, je suis passionné par les nouvelles technologies et les jeux vidéos.

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *