La Commission européenne somme Apple de rembourser 13 milliards d’euros à l’Irlande

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0

 

Le  30  août  2016,  la Commission  européenne  a conclu,  après  trois  ans d’enquête,  que  l’Irlande  avait  accordé  des  avantages  fiscaux  illégaux  à la multinationale  américaine  Apple  et  a condamné  cette  dernière  à une amende  de  13  milliards  d’euros.

L’enquête  a  fait  apparaître  que  la  société  Apple  n’avait  pas  payé  les  impôts  dus  à l’Irlande  entre  2003  et  2014.  Le  gouvernement irlandais  avait  en  effet  accordé  au géant  américain  un  régime  fiscal  favorable  qui  lui  a  permis  de  bénéficier  d’un  taux d’imposition  sur  les  sociétés  de  1%  (taux  qui  est  passé  à  0,005%  en  2014)  alors  que le  taux  officiel  d’imposition  irlandais  est  de  12,5%.

La  Commission  se  fonde  sur  l’article  107  du  Traité  sur  le  fonctionnement  de  l’UE. D’après  cet  article,  les  aides  d’Etats  sont  en  principe  interdites  pour  éviter  qu’elles  ne faussent  la  concurrence  dans  le  marché  intérieur  et  n’affectent  les  échanges  entre Etats  membres  de  l’UE.

La  Commission  en  a  donc  conclu  que  les  avantages  fiscaux  accordés  à  Apple étaient  illégaux  car  ils  lui  permettaient  de  payer  nettement  moins  d’impôts  que  les autres  sociétés  durant  plusieurs  années.  La  gardienne  de  la  concurrence  dans  l’UE  a donc  ordonné  à  l’Irlande  de  récupérer  les  .  L’amende  ainsi  infligée  à  la  multinationale  dépasse  de  loin  les  montants qu’ont  dû  rembourser  les  autres  entreprises  épinglées  par  Bruxelles  pour  des  aides d’Etat  illicites  par  le  passé.    Cette  décision  ne  remet  pas  en  cause  le  système  fiscal irlandais:  en  effet,  l’Irlande  octroie  des  taux  d’imposition  avantageux  afin d’encourager  les  grandes  firmes  multinationales  à  venir  s’implanter  sur  son  territoire et  ainsi  générer  de  l’emploi.

L’Irlande  et  Apple  ont  d’ores  et  déjà  décidé  de  faire  appel  de  cette  décision  de la  Commission  européenne.  Le  ministre  irlandais  des  finances  Michael  Noonan  a déclaré  qu’il  était  de  son  devoir  de  protéger  un  régime  fiscal  qui  a  attiré  en  Irlande  un grand  nombre  d’entreprises  multinationales  créatrices  d’emploi.  Le  Trésor  américain  a quant  à  lui  déclaré  que  cette  décision  met  en  péril  les  investissements  étrangers  en Europe  et  dénonce  même  un  acharnement  de  l’institution  européenne  à  l’encontre  des entreprises  américaines.

Depuis  cette  condamnation,  plusieurs  pays  européens,  notamment  l’Espagne et  l’Autriche,  ont  indiqué  qu’ils  demanderaient  une  partie  de  cette  amende, partie  qui  correspond  à  la  perte  d’impôts  sur  leur  territoire,  puisque  les  pratiques fiscales  d’Apple  et  de  l’Irlande  ont  permis  à  la  firme  américaine  d’enregistrer  toutes  les ventes  réalisées  sur  le  sol  européen  en  Irlande.  La  France  quant  à  elle  a  décidé qu’elle  ne  réclamerait  aucune  part  de  cette  somme.

 

Article co-écrit par Laura WODLING et Marion DRAPPER

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 9 novembre 2017

    […] Article sur la décision de la Commission européenne du 30 août 2016 : ici […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *