Les transports en commun : Lyon première ville mondiale à tester des minibus sans chauffeur

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0

Depuis le 2 septembre dernier, la ville de Lyon a lancé un service de navette autonome, électrique et sans chauffeur : une première mondiale.

Navly - minibus autnome Lyon

Navly, navette électrique autonome de Lyon/ www.keolis.com

Le groupe Keolis, l’exploitant du réseau des Transport en commun Lyonnais (TCL) s’est associé avec Navya, spécialiste des solutions de mobilité innovantes pour réaliser ce projet, baptisé Arma.

Les deux navettes Arma portent le sigle Navly sur leurs portes, contraction du nom de Navya, le constructeur de ces navettes, et de Lyon. Elles ont commencé à desservir les cinq arrêts de la ligne mise en service entre l’Hôtel de Région et la pointe de la Presqu’île de la ville, côté Saône.


Reportage sur la navette Navly, un minibus sans… par LePoint

Pendant une année, du lundi au vendredi, de 07H30 à 19H00, les voyageurs peuvent effectuer gratuitement les 1,3 kilomètres de la desserte entre la ligne de tramway et le nouveau quartier de Confluence. “Cette période d’un an est destinée à tout tester, de la technique au modèle économique” qui reste à déterminer, a indiqué Christophe Sapet, président de Navya à L’AFP.

Des minibus sans chauffeurs à Paris avant 2020

L’expérimentation lyonnaise sur voie ouverte est certes une première mondiale par sa durée mais elle n’est pas pionnière. En effet, les trois opérateurs de transport français, Keolis, Transdev, et RATP, ont déjà lancé des séries d’expérimentations pour cette nouvelle solution innovante dans plusieurs autres villes françaises: il y a eu La Rochelle toute fin 2014, Bordeaux, Nice, ou encore la ville de Paris où la RATP s’apprête à lancer des expérimentations à son tour. La mise en service de ces minibus sans chauffeur dans la capitale est prévue pour 2020. La RATP a acquis des minibus pour procéder à ces tests. Début 2017, elle fera fonctionner deux navettes sur le site du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) à Saclay (Essonne).

La solution se démocratise un peu partout dans le Monde

Des dizaines de projets ou de démonstrations en conditions réelles se prolongent un peu partout à travers le Monde.

A Dubaï, aux Émirats Arabes Unis, le gouverneur Cheikh Mohammed Bin Rashid Al Maktoum a annoncé que 25 % du système de transport routier de Dubaï utilisera l’intelligence artificielle et, par conséquent, sera sans conducteur d’ici 2030.

A Singapour, la ville propose aux visiteurs du parc botanique “Gardens by the Bay” de s’y déplacer dans un « driverless shuttle ». Les militaires singapouriens vont et viennent, grâce à des navettes autonomes, dans plusieurs bases et casernes de la cité-Etat.

Au Japon, la ville nouvelle de Makuhari située dans la grande banlieue ouest de Tokyo a inauguré depuis fin août dernier, le premier service de bus sans chauffeur du pays intitulé “Robot Shuttle”.

Ces projets s’ajoutent à d’autres qui sont en cours de démarrage en Californie, à Perth(Australie), Rotterdam (Pays-Bas) et en Finlande, où les communes de Tampere, Espoo, et Helsinki, testent des services équivalents.

 

merzak

Merzak BENAISSI

Étudiant en Master 2 Commerce Électronique

Université de Strasbourg

linkedin

twitter

 

 

 

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *